Le meilleur GTA ?

Si vous refaire un historique des GTA vous est indispensable... Allez revoir les autres articles, car qui ne connaît pas cette saga, vit dans une grotte et par conséquent se doit d'aller se documenter sur d'autres choses. Après un épisode techniquement surprenant sur portable mais au final assez lassant, à cause d'une espèce de standardisation de la franchise, Rockstar nous lance Vice City Stories, et vous savez quoi ? Il est bien meilleur de ce que l'on pouvait pré-juger !


Retro Flash-back Style

Inventer des expressions a quelque chose d'assez dispensable mais en fait il résume ce qu'est GTAVCS : un retour en arrière scénaristique et vidéoludique. On reprend l'univers du jeu de 2002 mais on l'y narre ce qu'il se passe quelque temps auparavant.

Vous vous souvenez tous de Lance Vance, l'allié de Tommy Vercetti dans GTA VC qui pète un câble car il se sent "inférieur" envers vous ? Mais siiii obligé que vous vous souvenez car il est, avec le héros, le personnage le mois ringard de GTA. Car avouons-le, GTA c'est aussi une certaine caricature de par les cubains, mexicains, parrains et co.
Bref, vous incarnez Victor Vance, le frère aîné de Lance. Il a choisi de faire carrière dans l'armé pour subvenir aux besoins de sa famille mais il tombe sur un os : il se fait virer après avoir enfreint la loi sur ordre de son supérieur. Du coup, il devient petit à petit propriétaire d'un business que vous vous devrez de faire évoluer.

Ce qui est intéressant dans cet épisode, c'est ce retour au bon scénario de base, retour avec le charisme de certains personnages, retour dans l'écriture de scénario ainsi d'une mise en scène qui booste l'envie de jouer à ce volet. La comparaison sera présente le long de l'article, mais comparé à LCS, nous avons là un scénario, pas exceptionnelle certes, mais suffisamment accrocheur pour se faire plaisir à effectuer les missions, qui étaient une sorte de tares à la longue dans LCS.
On reviendra sur les missions ensuite, mais il y a une espèce d'envie accrocheuse à se prendre pour Vic Vance, le héros car il est, à l'origine, un homme de principe qui veut aider sa famille, et on s'y attache. Et quand Lance Vance se ramène et qu'il faut le protéger de ses bourdes, le jeu gagne en intérêt grâce à sa mise en scène. Ce qui est une excellente chose pour prendre du plaisir à des missions pourtant déjà-vues.

Quoi de neuf à Vice City ?

Bah... Rien que du vieux... Nooon ce serait de mauvaise foi ! En fait, les développeurs ont travaillés pour inclure de nouvelles choses, sans pour autant reprendre directement de San Andreas. Ils ont travaillés pour la PSP et non par rapport aux autres versions. Du coup, nous avons droit à une nouvelle façon de gérer notre "empire" (oui, ça fait très "Scarface"). Alors qu'avant, vous pouviez acheter des bâtiments pour y habiter ou débloquer des nouvelles missions mais aussi enclencher des guerres de gangs pour gagner du territoire ; désormais, vous devez provoquer une guerre avec les autres gangs pour les faire partir de leur emplacement pour ensuite le racheter et y faire construire soit un petit business, une bonne boite ou un grand complexe dans le racket, la prostitution et usurier pour commencer.
Enfin, il vous faudra augmenter votre réputation et cela passe par des missions optionnelles comme faire le "mac-à-dames", extorquer l'argent des commerçants ou piquer des véhicules. Certes, ces missions sont "vues et re-vues" mais elles sont dans un nouveau contexte et cela donne un but au joueur et ça le motive. Et par la même occasion, on s'amuse à se prendre réellement pour un "empereur du business".

Sinon, en comparant au précédent volet PSP, on peut conduire un jet-ski, vélo hélico, changer d'habits comme on veut (pas aussi poussé que SA cependant), bref des petits suppléments qui renforcent le champ d'actions au titre sans pour autant être réellement novateurs mais ils permettent de gagner en profondeur pour la PSP.

Plus agréable à jouer

Soyons clair, ce GTA possède encore les problèmes récurrents de la série. A savoir, des problèmes de caméras lors des espaces exiguës, mais aussi un manque de renouvellement des missions. En effet, même si une ou deux missions sont drôles et assez étonnantes (comme devoir tuer un grand nombre de zombis dans un centre commercial pour un film, clin d'oeil à Dead Rising) le reste est d'un classicisme absolu : livrer un paquet, tuer un type, prendre des photos compromettantes, déclarer la guerre à des gangs, en gros, la routine pour tous les aficionados de la licence de Rockstar. Mais les développeurs ont travaillés ce qui est autour des missions : une mise en scène, comme dis plus haut, qui donne du plaisir au joueur malgré la répétition des missions au fil du temps, ainsi qu'une retouche du gameplay permettant de palier à ce non-renouvellement des missions. Un mal pour un bien en sorte.

Quand à ces problèmes de caméras... Ils ont été tout de même comblés. Pas résolus mais palliés par des missions se situant dans des espaces plus ouverts, permettant donc d'éviter les bugs de collision. Par conséquent, le jeu devient bien plus agréable à jouer que LCS. Pareillement, les combats au corps à corps sont moins rigides grâce à une nouvelle palette de coup. En plus du poing, vous pouvez vous protéger mais aussi attraper l'ennemi et le rouer de coups, ou l'attraper et le balancer, ou mieux : l'attraper par derrière et lui briser la nuque (oups attention à Familles de France). Bref, c'est plus varié permettant ainsi à plus de souplesse dans la jouabilité, tout simplement.

Les 80's toujours aussi classes

Bon, ça se trouve dans cinq ans, on trouvera ça ringard mais qu'importe. Il n'y a pas photo, le soleil de Vice City a attiré bon nombre de joueurs et a été majoritairement le lieu préféré de ces derniers. Cette version portable est très belle, le travail de lumière est aussi beau que la version PS2 mais jouissant d'une meilleure modélisation : le pied. Nous retrouvons les mêmes décors puisque c'est le même lieu. On aurait aimé avoir des variations plus radicales et donc un environnement plus surprenant mais dire que le jeu est visuellement de faible qualité serait pure hypocrisie. Si le soft est "beau", ce n'est pas par gratuité mais la chaleur de la ville est un facteur d'attirance pour les joueurs, on l'a vu lors de la promotion via l'actualité. Graphiquement, l'ambiance est excellente et à l'instar de la mise en scène, elle permet au joueur de se faire plaisir car l'époque 80's est une espèce de cure de jouvence où le fun et la liberté semblaient plus fortes qu'à l'heure actuelle.

Musicalement, les fans d'Iron Maiden ou de Ozzy Osbourne seront déçus de ne pas les ré-entendre mais même s'ils sont des gages de qualités ils ne sont pas indispensable. J'en veux pour preuve cette nouvelle bande sonore qui est d'une très bonne qualité, que ce soit en Rock, Pop, Electro ou "Love song". Et puis... Vu que vous pouvez passer une playlist que vous aurez crée en guise de bande sonore, on peut dire que celle-ci est "parfaite"... Les voix sont toujours au top, avec un timbre très caractéristique de ce monde de criminels, su servent toujours des dialogues à tomber...

Vous l'aurez compris, le jeu est techniquement très propre, pas forcément surprenant en soi, mais d'une très bonne qualité qui a été retravaillé de manière aboutie, c'est là que c'est surprenant pour un "portage".

Si je devrais répondre au titre de l'article, je répondrais subjectivement "oui, c'est le meilleur GTA". Mais c'est une question de goût... Objectivement parlant, le jeu peut souffrir de son ancienneté qui, même renouvelé, surprend guère. Mais ce soft offre une belle alchimie entre le gameplay complet de San Andreas (même si ce dernier est toujours le plus abouti) et l'ambiance si apprécié de Vice City à la "Scarface". testé récemment, on ne peut que sourire quand on compare les deux titres qui sont si proches à la surface mais si éloignés en profondeur... Profondeur que GTA ne cesse de gagner de volet en volet, et ce, même sur une portable à qu'il ets facile de re-fourguer des portages ultra-standards.