Samus de retour pour sa première aventure portable en 3D

Si Samus Aran n'avait pas daigné apparaître sur N64 et attendre la GameCube pour faire son come back dans la série Metroid Prime, la chasseuse de primes la plus célèbre de l'histoire du jeu vidéo n'a cependant pas boudé la dernière portable de Nintendo.

Une histoire alambiquée

L'histoire se déroule dans la galaxie Tétra autrefois berceau de la puissante civilisation Alimbic disparue mystérieusement, emportée par les "méandres de l'Histoire". Les Alimbics régnaient sur une région appelée le Cluster Alimbic. Leur puissance résidait dans les artefacts alimbics dispersés dans le Cluster.
Pour la première fois depuis des siècles, un message télépathique en provenance du Cluster a été adressé aux êtres les plus exceptionnels de la galaxie: "Le secret de la puissance suprême réside dans le Cluster Alimbic".
C'est ainsi que plusieurs chasseurs de primes "exceptionnels" s'envolent vers le Cluster avec différentes motivations, mais un seul but: récupérer les artefacts alimbics pour jouir du pouvoir suprême. Notre héroïne, quant à elle, est envoyée par la Fédération Galactique dans le but d'éclaircir l'origine de ces messages et de garantir le contrôle de la puissance suprême par la Fédération ou, dans le pire des cas, l'anéantir.

Jusque là je n'ai fait que vous résumer les grandes lignes du scénario. Passons au jeu en lui-même.

Une progression anarchique

Le moins qu'on puisse dire de ce Metroid, c'est qu'il n'est pas du tout linéaire. Etant habitué aux FPS à la sauce Call of Duty ou Medal of Honor et n'ayant jamais touché à un Metroid de ma vie, je dois avouer avoir été un peu perdu dans les premières heures. En effet le Cluster Alimbic comporte 4 zones entre lesquelles les vas-et-vient s'imposent. Si cet aspect du jeu peut dérouter au début, il n'est en aucun cas problématique une fois que l'on s'y est habitué.

Un titre qui fait honneur à la DS

Au niveau de la réalisation, Metroid Prime Hunters fait un quasi sans faute. Nintendo se décide à mettre les tripes de la DS à l'air en nous offrant (ce qui est rare sur ce support) un jeu tout en 3D avec, qui plus est, des cinématiques en images de synthèse. Et le résultat est d'une qualité hallucinante. Pour peu qu'on apprécie le style SF, on prend encore plus de plaisir.
L'écran tactile est lui aussi mis à contribution. Même si le jeu possède un mode jouable à la croix et aux boutons, on passe forcément par le deuxième écran, soit pour scanner divers objets, ennemis ou spectres (les spectres dévoilent le scénario), soit pour utiliser les armes secondaires. Même si le résultat est parfois un peu brouillon, cette idée permet de pallier au faible nombre de boutons.

Une ambiance délectable à souhait

Plus que par l'histoire somme toute assez banale c'est par son ambiance malsaine et étouffante que MPH fait vraiment de l'effet. Tout d'abord, les différentes planètes dégagent toutes une atmosphère particulière sublimée par une bande-son toujours adaptée. Vous passerez donc par une ancienne station spatiale endommagée, enchaînerez avec une planète volcanique comportant des ruines de la civilisation Alimbic, ferez un détour par un poste de défense et de ravitaillement abandonné avant d'échouer sur une planète glaciale remplie de grottes et de labyrinthes. Autant de zones où les possibilités de sauvegarder ne seront que très limitées puisque vous ne pouvez le faire qu'à bord de votre vaisseau. Autant de zones également qui, une fois explorées, devront être évacuées rapidement sous peine d'y laisser la peau :S Mais surtout , tout au long de votre progression vous rencontrerez vos concurrents directs, les Hunters, venus pour s'emparer de la Puissance Suprême. Ils sont 6 et possèdent tous une forme alternative et une arme propre que vous aurez le plaisir de récupérer au détour des différents niveaux. (Note personnelle: mention spéciale à Spire qui est mon préféré ^^)

Une cartouche bien remplie

Pour ce qui est de la durée de vie du jeu sachez que MPH est finalement assez long pour un FPS et surtout un FPS sur console portable. En prenant mon temps je l'ai terminé en 9 heures. Ajoutez le multijoueurs et le Wi-Fi sur Internet et vous en aurez pour votre argent.

Metroid Prime Hunters, en plus d'être un grand jeu pour une petite console, est un encouragement pour tous les développeurs puisqu'il montre qu'il est possible de réussir un FPS sur portable (si si c'est vrai ^^). La réalisation technique et surtout l'ambiance en font un achat prioritaire sur DS.