Retour aux sources accompli

StarFox alias StarWing lors de sa sortie en 1992 sur Snes en Europe mais aussi un des premiers jeux 3D, a, avec du recul été une référence du shoot 3D une seule fois avec cette épisode... Après un épisode N64 en demi-teinte, Rare Software avait repris le flambeau sur GameCube avec un jeu d'aventure qui avait perdu tout l'intérêt du soft, enfin Namco a lui aussi tenter de faire revivre la série, toujours sur GameCube avec un soft à l'intérêt et à la technique douteux... Bref, Nintendo a repris les choses en main et décide de faire jouer la corde de la nostalgie...

Un vol tactile

Evidemment, le coeur de ce renouveau se situe au travers du stylet de la DS, à l'instar de Metroid Prime Hunters, pour citer une autre licence de Nintendo, le jeu est intégralement jouable en prenant appuie sur l'écran tactile.
Déplacez votre stylet sur l'écran fera bouger votre vaisseau, ainsi que votre viseur, puis n'importe quelle autre touche vous fera tirer. C'est certainement une des jouabilités les plus ergonomiques de la console, le vaisseau répond parfaitement à votre stylet, et fort heureusement puisque vos adversaires sont très vifs mais aussi rapidement en surnombre.

Les ennemis vous feront tourner la tête de part leur vitesse mais aussi par le petit temps d'adaptation qu'il vous faudra pour maitriser les déplacements/visés. Non pas que ce soit complexe mais étant donné que vous bougez votre vaisseau en même temps que le viseur, ce sont avant tout vos talents de pilote et non de tireur qui seront mis en avant, il faudra maitriser votre engin tout en shootant les autres (c'est pas sale). Ce petit temps d'adaptation est très court, grâce aux quatre niveaux d'entrainement disponibles au début du jeu, puis aux premières missions faciles du jeu, car après ça se corse.

Un vol tactique

L'autre nouveauté de la série, c'est l'ajout d'une phase tactique qui n'a rien d'une option gratuite...
Afin de renforcer la notion d'aventure spatiale, mais aussi pour renouveler un gameplay vieux de 15 ans, vous devrez réfléchir et élaborer une tactique pour attaquer vos ennemis avant qu'ils ne détruisent votre vaisseau-mère.

Pour cela, vous avez une map, votre vaisseau-mère à défendre, le vaisseau de Fox, puis petit à petit épaulé par le reste de sa troupe habituelle avec Slippy Toad, Falco Lombardi et Peppy Hare.
Vous avez quatre tours et pas un de plus pour contrecarrer les ennemis. Si les premières missions sont très rapides, vous allez vite comprendre qu'il vous faudra user d'intelligence pour attaquer simultanément plusieurs troupes.
Pour cela, sur votre map, vous avez donc les icônes de vos vaisseaux que vous devrez faire déplacer en traçant le trajet à prendre au stylet pour rencontrer les ennemis, qui vous donneront accès aux niveau de shoot.

La map contient aussi des items importants qui vous rajouteront du temps ou des missiles pour que votre vaisseau-mère puisse se protéger. En prenant aussi en compte les différentes vitesses des troupes d'ennemis, on se rend compte donc bel et bien que ce côté stratégique offre un jolie coup de punch à la série. Phase simple à première vue, il en devient un vrai casse-tête pour repousser l'ennemi en un nombre de tours très limité et aussi en peu de temps.

Un vol de shoot

Dès rencontre d'un ennemi sur la map, vous accéder à ce qu'a fait la renommé de la licence : le shoot'em up.
A l'inverse de la partie novatrice stratégique, le shoot n'a pas bougé d'un poil, vous visez, vous tirez, vous accélérez en tapotant l'écran, vous tournoyez en décrivant des cercles, et vous faites des loopings par simple pression sur l'icône correspondant de votre écran tactile.
Dans la forme, rien n'a été modifié mais dans la pratique c'est devenu beaucoup plus simple.
Vous devez donc choisir quelle mission faire si vous avez rencontrer deux troupes avec deux vaisseaux différents. Les niveaux sont bourrés d'ennemis mais vous n'avez qu'un nombre d'ennemis limité à abattre et à récupérer leur étoile. Cependant si les débuts sont faciles, la suite devient plus corsée avec des ennemis plus agressifs, plus nombreux, plus rapides, bref la difficulté est progressive.

Mais un petit souci cependant, si vos ennemis vous paraient rapides, votre vaisseau, en revanche parait mollasson... Cela devient donc assez pénible à viser des ennemis aussi vifs. Il faut donc être assez acharné et le comble est que vous avez un temps limité pour accomplir votre mission. Votre temps correspond à votre carburant en fait... Ceci n'étant prétexte qu'à rendre difficile le jeu. Mais cette difficulté n'est pas toujours bien équilibré car si l'on ajoute des ennemis de plus en plus puissant et un décompte qui ne revient pas à niveau entre chaque séance de shoot, il arrive d'avoir des moments de crises pour se dépêtrer des niveaux...

Un vol multi

Si l'on pourra regretter la difficulté assez relevée du jeu mais aussi son côté scripté : je me place, je shoot et je recommence, on pourra féliciter Nintendo de bien utiliser son mode wifi.
Ainsi les parties à plusieurs deviennent défoulant et par la même occasion amusant soit en faisant des batailles, soit des essais libres qui feront récolter des étoiles/points à chaque adversaire abattu ou en organisant un vrai combat entre quatre personnes, le survivant gagne...
Même si ces modes sont archi-classiques, le fun est là et au moins on a pas à s'énerver à cause d'un manque de fuel...
Comme le veux la coutume sur DS, c'est entre potes que le wifi est de qualité tant la difficulté à trouver quatre adversaires sur le réseau est difficile. Vous pouvez jouer un contre un, plus facile à organiser, mais le fun n'opère guère, à quatre c'est le pied et relève l'intérêt du jeu.

Un vol nostalgique

On l'a dit plus haut, Nintendo joue la carte sensible de la nostalgie et ce principalement en proposant, en plus, du classique shoot, une 3D extrêmement proche du jeu original.
Des formes polygonales simples, dans des décors ultra-simplifiés aux couleurs pâles (sauf dans l'espace), tel est le visuel du soft.
C'est tout de même plus propre que sur Snes, c'est même très fin dira t-on avec peu (pas ?) d'aliasing, si le pari du graphisme "purement" polygonale était risqué, les fans n'en seront que ravis. D'autant plus que les musiques aventuresques sont toujours présentes avec des voix digitalisés d'un effet old-school sans précédent.

Les novices, eux... seront soit déconcertés par tant de simplicité visuelle ou appréciera ce côté raffiné, au choix. Mais on ne peut pas nier que la qualité soit bonne, juste un choix graphique osé mais bien justifié pour faire revivre cette série que beaucoup n'ont peut être pas encore connu à ses débuts. C'est le moment d'y aller.

C'est le grand retour de StarFox, à n'en point douter ! Les fans seront aux anges tant l'attente fût longue. Mais en fin de compte, le soft est très scripté et linéaire, un problème dû au manque de dynamisme et variété des missions, l'alternance entre le tactique/shoot étant toujours sur le même rythme, on s'ennuie assez rapidement, du moins pour celui qui n'est pas forcément attiré par la série et la difficulté n'est pas là pour aider, cela dit elle assure une bonne durée de vie re-haussé par le multi online.
Bref, un jeu indispensable pour fans et un bon jeu pour les autres mais qu'il ne faut pas abuser sous peine d'ennui.