The Great Escape s'offre un come-back après plusieurs années... verdict?

Rayman, notre petite star nationale est également synonyme du multiportage en masse. En octobre 1999, Rayman arrivait pour sa (première) deuxième aventure sur N64. Peu de temps après il déboulait sur PC et Dreamcast avant d'être adapté un peu plus tard sur PlayStation, puis sur PS2. Et comme ça ne suffisait pas, en mars 2005, Michel Ancel décide de saluer l'arrivée de la Nintendo DS sur le sol européen en réadaptant (une dernière fois???) Rayman 2: The Great Escape.

Après Mister Dark et avant les Hoodlums...
Il y avait les Robots-Pirates! Le tableau est dramatique: les horribles créatures ont pillé le coeur du monde si bien qu'il a explosé et que les 1000 lums qui constituaient son énergie ont été dispersés ci et là ne laissant place qu'à un chaos total. En plus de cela, tous les amis de Rayman ont trouvé le moyen de se faire capturer, lui y compris. Par un fait du hasard, Globox, le gros bonhomme bleu avec un nez en forme de truelle et occasionnellement meilleur ami de Rayman se retrouve incarcéré dans la même cellule. Il lui viendra en aide en lui transmettant un pouvoir de la fée Ly qui lui permettra de s'évader. A partir de là, l'aventure commence.

Par monts et par vaux en quête d'énergie et de pouvoirs
La quête de Rayman sera principalement centrée autour des lums à récupérer mais ne s'arrêtera pas là. Au détour des niveaux vous trouverez un bon paquet de cages qu'il faudra détruire. Certaines renferment des lums. D'autres retiennent prisonniers des Ptizetres, créatures indisciplinées qui vous permettront de franchir le portail de certains niveaux. Vous partirez aussi à la recherche des masques de Polokus, qui vous seront indispensables si vous voulez affronter Barbe-Tranchante, le grand manitou des Robots-Pirates qui ne lésinera pas sur les moyens pour vous empoisonner l'existence (il ira même jusqu'à manger un lum que vous retrouverez... quelque part ^^).
Au niveau des mondes visités, tout est très réussi. Rayman 2 dégage une ambiance très envoutante quoique parfois enfantine. Les niveaux se suivent mais ne ressemblent pas et proposent tous au moins un passage marquant. Les sanctuaires, lieux où sont renfermés les masques sont des étapes très intéressantes et qui présentent toutes leur lot de surprises. Les créateurs ont eu la finesse d'intégrer quelques idées de génie comme par exemple le contrôle des obus (à pattes, volants...).
En étant vraiment titilleux, je dirais que la deuxième partie du jeu est légèrement inférieure mais on ne reprochera vraiment pas à ce titre la qualité des zones explorées.

Particularités de la version DS?
C'est là que le bas blesse parce qu'on est directement tenté de répondre: aucune. Cette version n'apporte rien de nouveau si ce n'est le fait de retrouver l'un des meilleurs jeux de plate-forme de l'époque PS/N64/DC (en gros fin des années 90 - début années 2000) sur console portable. Pas de bonus supplémentaires et une jouabilité à l'écran tactile plus qu'approximative. Reste un jeu assez exceptionnel que tout amateur de plate-forme 3D se doit de tester.

Même après 7 ans (au jour d'aujourd'hui), Rayman DS reste un bon investissement qui permettra aux nostalgiques de revivre une grande aventure et aux autres de découvrir un excellent jeu de plates-forme à l'ambiance agréable et au visuel accrocheur. Peu de nouveautés pour cette adaptation sur portable mais la certitude de passer un bon moment ce qui est déjà beaucoup.