Le RPG décevant de la PSP

Des RPG, la PSP en a quelques uns : Breath of Fire III, Tales of Eternia, Valkyrie Profile et, bientôt, Final Fantasy Tactics… Pas mal, mais faut l’avouer, rien d’inédit pour l’instant. Et pourtant voilà : Hit Maker nous pond un RPG totalement nouveau. On progresse, maintenant, faudrait peut être qu’on l’ont ait nouveauté ET qualité.

Blade Dancer VS Seigneur Noir

Blade Dancer vous met dans la peau de Lance, un jeune guerrier qui n’en veut et qui, après avoir fini ses 3 pots de gel quotidiens, part avec sa chevelure hirsute vers l’aventure. Parce que le monsieur veut faire ses preuves en tant qu’épéiste ! Sur son chemin, il se fait plein d’amis comme Gozen, le gars dont la musculature n’a d’égale que sa sagesse, Felis, la gentille magicienne pleine de peps et Tess, la fille-à-protéger de service secrètement consommatrice de cannabis (Elle semble planer pendant toute l’aventure la donzelle).
Ce joyeux petit groupe aura fort à faire puisqu’il va combattre le méchant et maléfique Seigneur noir (tin tin tiiiiiiin !).Quelle suspense !

… … Non, pour tout vous avouer, on se fait beaucoup chier dans Blade Dancer.

Un MMORPG mais tout seul

Une réflexion me vint après quelques heures de jeu : si Blade Dancer était prévu comme un MMORPG pour PSP à la base, ça ne m’étonnerait pas. On a une quête principale et plusieurs missions annexes, le scénario tient sur la face B d’un confetti, les graphismes ne sont pas ce qui se fait de mieux, les surfaces à explorer sont grandes et on a le droit à pas mal de level-up. Seulement voilà, même les meilleurs MMORPG, si vous deviez les faire tout seul, vous vous ferez rapidement chier ! On a certes un mode 4 joueurs avec 4 UMDs mais je ne serai pas assez malhonnête pour faire acheter Blade Dancer à qui que ce soit pour tester le multijoueur.

Il faut cependant reconnaître de l’ingéniosité chez les développeurs de HitMaker pour rallonger la durée de vie : pas besoin d’écrire un long scénario, il suffit de faire se déplacer le personnage à l’allure d’une tortue anémique dans des espaces immenses. Et le comble, c’est que vous devrez faire souvent des aller-retour entre les villes du jeu ! Que c’est intelligent !

Tout à jeter ?

Mais finalement qu’est-ce qui sauve Blade Dancer d’une note pitoyable ? Et bien son système de combat : on a le droit à un classique tour par tour mais, plus original, au fur et à mesure du combat, vous remplissez une jauge lunaire qui s’avère en fait être une sorte de jauge de MP commune. Avec, vous pouvez utilisez sorts et techniques et bien sûr, plus cette jauge est élevée, plus puissante sera la technique. Seulement voilà, quand je parlais de jauge commune, je parlais de commune avec vos alliés mais aussi avec vos ennemis. Si vous économisez vos points, il se peut que l’ennemi les utilise pour lancer à son tour un sort. Heureusement, vous pouvez alors le frapper et, si le choc est assez rude, annuler son sort avant qu’il ne le lance. Bien sûr, c’est la même chose pour vous. Cela donne un bon côté stratégique aux combats mais aussi du spectaculaire car on est incité à utiliser nos techniques spéciales, la jauge lunaire se remettant à 0 entre chaque combat.

Enfin, plus vous frappez, plus vos armes se dégradent et peuvent finir par se briser, vous obligeant au combat à mains nues. La solution est alors de recourir à l’artisanat via le menu pour recréer votre épée à l’aide de recettes obtenus au cours de l’aventure. Original…

Ma conclusion (même si vous devez déjà avoir compris à quoi vous avez affaire)

Blade Dancer est nul ! Grosse déception pour ma part alors qu’en voyant les premières vidéos du jeu je m’enthousiasmais de ce RPG inédit pour PSP. Mais voilà, malgré un système de combat sympa, c’est moche, on s’ennuie et allez, dernier petit défaut pour la fin : les musiques sont quasiment absentes.
Bref, c’est le genre de jeu qui fait mal quand on l’a acheté au prix du neuf…