Du fun sans surprise

La série Ridge Racer a récemment suscité un nouvel engouement depuis son retour réussi sur PSP, seulement comme l'accoutume elle s'est vite engourdie pour son deuxième volet portable, ainsi que son volet 360... Le dernier volet sur PS2 était aussi bien médiocre... Comment Namco a pu réussir à remettre sur pied son de course arcade ?

Un poil subtil, sisi...

Course arcade pleinement assumé, Ridge Racer a toujours été un concours de vitesse brute où le plaisir était cette sensation folle de vitesse exagéré. Dans Ridge Racer 7, on peut dire qu'un poil de subtilité est arrivé. Se basant sur le succès de l'épisode PSP, la maitrise des virages sera votre atout majeur vers la victoire, faites crisser les pneus à tous les virages pour ainsi remplir votre jauge de nitro et ainsi déclencher votre boost par simple pression de gâchette. Cette épisode ne déroge donc pas à cette règle du XXIème siècle, vous allez jouir de ces sensations de vitesse, de contrôle et de dérapages.

La nouveauté est l'ajout de "sillage". Le sillage c'est la réduction de pression de la vitesse entre deux voitures. Dans la pratique, si vous roulez pile derrière un concurrent, vous gagnerez de la vitesse. Plus vous vous approcherez, plus votre vitesse augmentera. Et ce nouveau point, bien que très subtil, apporte un "plus" de technique et de difficulté au jeu. Il faudra donc, en plus de contrôler vos virages, contrôler votre trajectoire et jouer avec le placement des autres voitures. C'est indispensable pour gagner les courses qui ne sont plus si simples qu'avant.
Il ne faut pas flipper ça reste de l'arcade mais la difficulté a été rehaussé pour vous imposer de jouer un peu plus sur la technique. Technique fantaisiste, comme ses dérapages incessants, certes mais qui apporte une difficulté plus dosé et donc moins terre à terre que les volets précédents.
Point non négligeable, surtout sur une console de salon.

Toujours jouissif !


Ridge Racer es avant tout un plaisir, du fun sans prise de tête et cela se répercute non seulement dans le gameplay que l'on vient de voir, mais aussi dans la technique. Ce septième volet est très propre graphiquement, rien à dire sur la finesse des graphismes mais... Il lui manque de la folie visuelle. Notre oeil vit le jeu agréablement mais mise à part deux circuits (un en Inde, l'autre pour les effets mouillés sous une cascade), jamais on est en extase devant le soft. Ce qui réellement dommage, nous sommes en face d'un jeu propre, un peu trop standard.
Même si la série ne se veut jamais un joyau visuelle, il n'empêche que de la folie et des prises de risques visuelles renforcera le plaisir à conduire ces voitures.

Cependant, les sensations de vitesse sont toujours bien retranscrites, même mieux qu'auparavant.
Ca speed bien, on a des effets de blur avec la nitro qui nous fait foncer dans le tas, bref rien de telle pour être totalement embarqué dans la course. On va ajouter à cela une bonne qualité sonore. Les musiques techno par defaut sont tous nouvelles. On ne fait pas mumuse avec toutes les autres musiques connus des 90's. Ce qui va un peu décevoir certains car nous avons perdu ce coté kitsch du style "Riiiiiiiiidge Raceeeeeeeeeeeeeeeer !!!" mais les musiques sont plus contemporaines avec des des rythmes bien différents et emballant. Si on ajoute à cela la prise en compte du 5.1... Attention les oreilles, de l'extase en perdition !

Enfin, il ne va pas vous surprendre de savoir que les commandes répondent parfaitement au soft. On aura tendance à préférer la croix directionnelle au joystick car plus précise et plus dynamique. Si vous avez jouer aux volets PSP, vous retrouverez vos marques sans problèmes et ce, dès le premier tour. Le jeu a une option Sixaxis que l'on va juger d'option et que l'on n'utilisera pas. De toute évidence, il a été ajouté à la dernière minute et même si les rotations répondent bien, le confort n'y est pas. Il y a fort à parier que prendre le pad comme un volant ne fonctionnera jamais.

Plus long, plus complet


Le soft est muni de modes archi-classiques dont arcade, multi, contre la montre mais surtout le mode principal "Ridge State Grand Prix".
Il vous imposera plusieurs challenges que vous choisirait en fonctions de vos gouts ou de vos capacités. Vous débuterez avec des essais constructeurs pour qu'ils vous accorde une voiture, puis petit à petit les championnats vont s'ouvrir, les courses et l'argent coulera à flot pour customiser votre voiture. Tant visuellement mais surtout mécaniquement. Rien de compliquer, ça reste arcade donc basique mais cela boostera votre voiture et serait bien plus rapide et efficace.
C'est un peu la récompense de tous ces circuits. Au lieu de débloquer des voitures comme à l'accoutume, on pourra booster les voitures et les personnaliser afin d'être le meilleur. Si ce mode est très classique, il n'empêche que pour la série, ça apporte un petit bol d'air et un intérêt croissant. Le jeu en devient plus long et moins répétitif.

Ce que vous gagnerez dans ce mode, vous pourrez le ré-utiliser dans le mode online. Car évidemment, mode online il y a. Très ergonomique et facile à utiliser le mode online se décline sous plusieurs possibilités (là encore, rien de révolutionnaire) : course fun, course sérieuse, course par équipe, course par pair. Créer son salon est tout aussi facile et vous choisirez les contraintes, comme le nombre de tours (qui n'excède pas "trois, dommage), le type de voiture, acceptez ou non les voitures personnalisées, les circuits, les nitro, etc etc.
Jouable jusqu'à 14, il faut avouer que le lag y est peu présent. Evidemment, une connexion à 1Mo dans un carambolage de ouf, ça va laisser un peu de traces mais rien qui va faire bugguer votre partie en tout cas. Ceci est un point très important puisque le mode online apporte réellement de la convivialité au jeu. En plus, vous gagnerez de l'argent réutilisable dans le mode principal.

Ces deux modes de jeu permettent de réellement renforcer la durée de vie de Ridge Racer 7, bien sûr cela reste de l'arcade et en tant que telle, l'overdose est fort probable. A consommer avec modération mais le plaisir sera intact sur la durée.

Même si le jeu ne surprend aucunement car un RR reste un RR et s'il évoluerait trop rapidement, il perdrait de sa nature. Le jeu s'adresse aux habitués de la série ou ceux qui n'y ont pas encore touché et qui veulent de la course jubilatoire. Les autres qui n'apprécient pas la série, n'y penseront même pas tant il reste lui-même. Cependant, ce volet est certainement un des meilleurs de la série car il apporte des sensations extra que ce soit dans la course ou en ligne.
Il est dommage tout de même que visuellement il n'ait pas eu droit à des circuits et des décors plus fous...