Un titre alléchant...

La malédiction de Judas, un titre alléchant

Le petit studio d’Artematica vient de nous sortir son dernier jeu estampillé MICRO APPLICATION, plus exactement édité par DTP. Cela fait plaisir de constater que des éditeurs tels que celui-ci sortent des jeux dans une fourchette de prix plus que raisonnable (29,95 euros) et qu’en plus, on prend du plaisir à y jouer. Cela devait être dit.

Mais malgré cette apparence attirante, le jeu parvient-il à tenir le joueur en haleine, et à l’immerger complètement dans le scénario ?

Que se cache t-il exactement sous ce titre cachant un brin de morbidité, et faisant inlassablement penser à l’Apôtre de Jésus qui le renia trois fois : le nommé JUDAS ? Y a-t-il un rapport avec les fondements même de notre Bible ? Je dirais que c’est bien plus compliqué que cela, mais tout tourne autour de la religion….


L’histoire

Vous incarnez un « héros » pris dans une affaire d'espionnage et d'organisations religieuses secrètes, avec de gros rebondissements dans le scénario, qui a le mérite d’être très bien ficelé.

Pour commencer, vous incarner Jonathan Dante, un type sans doute célibataire et sans histoire, qui ne se prend pas la tête, et qui vit dans un loft assez sympa, sans problème d’argent apparent. Alors qu’il décide de se rendre à Miami pour interviewer un Cardinal, son emploi du temps va être complètement chamboulé. Effectivement, Il reçoit un appel téléphonique avec, à l’autre bout du téléphone, un mystérieux agent de Scotland Yard qui l’informe que son oncle, qu’on croyait mort depuis plus de dix ans, a été retrouvé assassiné en Angleterre. Pensant dans un premier temps à un canular ou à une mauvaise blague, Jonathan Dante se décide néanmoins à se rendre à LONDRES où il est informé que son oncle faisait partie des services secrets du Vatican et, qui suite à son décès, il lui a laissé quelques affaires qu’il devra se charger de récupérer.

Alors que Dante se trouve dans l’appartement de son oncle, celui-ci fait l’objet d’une tentative de meurtre par une personne qui s’avèrera être un flic pour le moins ripoux. Dante ne doit son salut qu’à Katrin, une amie du défunt qui se trouvait également sur place. Ils se mettent alors tous deux à chercher des indices dans l’appartement et, sans dévoiler l’histoire, ils tombent sur un objet qui se relèvera d’une importance capitale.

« La malédiction de Judas » tourne donc autour de machinations religieuses secrètes, orchestrées par des instances très importantes. Il devra faire montre d’une sagesse et d’une imagination à toute épreuve pour se sortir de là.

Le gameplay

Côté jeu, MICRO APPLICATION nous a réhabitués au système de « click and point », et pourquoi changer de crèmerie quand on en est satisfait ? C’est donc un gameplay des plus classique qui nous attend : un inventaire avec des objets à combiner ou à utiliser séparément, et des notes où sont répertoriés les objectifs à atteindre. Malgré cette intuitivité, rien de bien innovant, avouons-le, mais ce système a déjà fait ses preuves et cela reste efficace. On avait oublié ce système un peu désuet du « click and point », mais avec son deuxième jeu de ce genre, MICRO APPLICATION nous y redonne goût. Comme quoi les vieilles habitudes ne se perdent pas.

Sachez également que vous n’incarnerez pas toujours Dante. Effectivement, à tour de rôle et selon votre choix, vous pourrez prendre le contrôle d’autres protagonistes, notamment Katrin, qui pourra, par exemple, être la seule à pouvoir débloquer un mécanisme. Ensuite, vous reprenez le contrôle de Dante et vous poursuivez l’aventure. Quelques dialogues pré-montés seront à votre disposition de temps en temps, mais ce n’est pas ce qui fera changer le cours de l’histoire. Enfin, de belles cinématiques viendront ponctuer les différents chapitres. Le jeu est fluide et ne subit pas de ralentissement (Athlon 3200+ / Carte GeForce 5900 XT – 2 Go RAM)

Pas toujours parfait…

Le jeu parfait n’existant pas (même si l’on s’en rapproche pour certains…) « La malédiction de Judas » ne déroge pas à la règle. Même si les musiques sont bonnes et s’adaptent bien à la situation du moment, les graphismes des personnages auraient pu être mieux détaillés. Quant à leurs déplacements ceux-ci sont parfois imprécis, ce qui est assez énervant. En outre, notons également que lors des dialogues, les bouches des personnages restent immobiles. Ce n’est pas grand-chose, mais tous ces petits détails font souvent la différence entre un bon jeu et un jeu à jeter (ou plutôt à ne pas acheter…). On peut dire que « La malédiction de Judas » se situe dans la catégorie des bons jeux, mais qu’on aurait pu mieux faire. Il faut quand même reconnaître qu’en règle générale, ça reste du bon travail. Espérons qu’au prochain jeu, MICRO APPLICATION aura su tenir compte de ces remarques.

En conclusion

« La malédiction de Judas » est un titre qui s’en sort plutôt bien, malgré des lacunes dans quelques domaines. Basé sur un scénario complet et rebondissant, le joueur ne peut être que séduit. Quant aux grincheux qui pensent que MICRO APPLICATION n’a pas pour vocation de sortir des jeux, je leur dis une chose : essayez et vous verrez. Et avec un prix aussi attractif, pourquoi s’en priver ?