KoF XI : le plus grand ?

Attendu depuis de bonnes années, encore plus en Europe, King of Fighters XI est là pour combler les amoureux de la baston 2D, jeu qui sent un peu comme une espèce de "final" car en cette année 2007 et le temps qu'il a fallu pour développer et distribuer ce jeu, ce sera le dernier sur notre PS2, pour un futur peut être HD... En attendant, ce volet jouit d'une excellente évolution et finalisation comme on va le voir dans ces lignes.

A l'ancienne

Retrouver un jeu de baston 2D, que ce soit KoF, Street ou Guilty, n'a jamais rien de très novateur à première vue et les réflexes et mécanismes sont les mêmes, il est alors impossible au joueur d'être rouillé. C'est ici, bien entendu le cas, les habitués vont retrouver ses techniques, ses combos comme il se doit. La jouabilité est toujours aussi précise misant sur le timing pour une totale maitrise du jeu.
Il est avant tout franchement plaisant de se refaire du mal avec sa croix directionnelle (et je ne suis pas maso nan) avec ses quarts de tour avant, arrière, ses allers-retours, ses diagonales, c'est vivant, ça bouge dans tous les sens, c'est fluide, c'est mouvementé, bref les sensations primaires du genre sont toujours là et ça fait bien plaisir en ces temps où les polygones ont le pouvoir.

Le rythme du mode arcade est progressive, vous avez un couple de combats bien facile où vous re-prenez vos marques ou si vous ne vous arrêter jamais, vous défoncer votre adversaire comme c'ets pas permis en enchainant les perfects mais petit à petit ça se bouge bien plus et on se rentre dans le bain de l'action, à bouger dans tous les sens à tout faire pour placer les contres toujours aussi efficaces dans cette saga et souvent (trop ?) décisifs dans les combos, on prend un malin plaisir à jongler entre les blocages, les contres, les sauts, les esquives, les dash, typiquement le genre de jeux où on sent une réelle vivacité et énergie à dépenser et à faire travailler ses réflexes, le jeu est toujours aussi jouissif et on pourrait peut être oser dire que le soft est plus fluide et plus rapide qu'auparavant.

Puis voici aux semi-boss et boss... On dirait que les puristes japonais s'en foutent de se faire latter à l'autre bout de l'écran par une attaque invisible ou par un gars (le boss) qui te lance sans arrêt des boules d'énergie t'empêchant de l'approcher et d'attaquer comme il faut... La difficulté extrême va rebuter les moins patients, même les habitués de la baston 2D (les novices vont faire descendre le niveau difficulté car y a un moment où ça en devient assez absurde). Un petit problème d'équilibrage que l'on voit souvent dans les jeux de ce type mais qui est assez déstabilisant, dans le temps on avait Gill qui ressuscite dans Street Fighter III, on a eu Zankuro dans Samurai Spirits III, on a I-No GGXX, bon bah là on doit se taper Magaki mi homme-mi démon qui arrive à envoyer différents projectiles au travers de l'écran, il faudra persévérer comme un beau diable. Chose qui démontre bien quelque chose : SNK se fiche désormais de faire accéder leur soft à des jeunes occidentaux... A la bonheur des puristes aussi.

Plus technique que jamais

SNK Playmore a bien peaufiné et innové son style de jeu en jouant sur un timing plus serré et comme toujours en jouant sur la conte-attaque décisive. En effet, désormais vous pouvez bloquer et changer de perso en un instant pour que le remplaçant puisse profiter du blocage pour attaquer en arrivant. Ceci permettant ainsi de reprendre l'avantage après s'est fait acculer contre la fin du niveau (toujours très énervant). Ceci permet en plus d'équilibrer le combat, d'augmenter les reflexes et le dynamisme de combat si la technique est réussie, of course. malgré la manip' simple, tout est dans le timing et souvent très serré, il faut énormément de temps pour en apprécier la quintessence, ce qui rallonge la durée de vie, soit dit en passant.

Dans ce volet, vous pourrez aussi annulé au dernier moment un enchainement ou une attaque par une esquive. C'est dire que vous enchainez votre attaque et au dernier moment esquivé de façon préventive pour éviter de subir une contre-attaque, là encore fort subtile et qui, si maitrisé (ce qui n'est pas évident) permet de mouvementé le combat et de jouer sur une technicité fortement accrue.

Autre chose ce sont de nouvelle super attaques appelés "Super Cancel" et "Dream Cancel" que seule le joueur "leader" peut utiliser et mangeant deux barres de furie. C'est une attaque très puissante qui fait un 10 Hits combos au minimum. Le "Dream Cancel" s'applique dans certaines circonstances (bloquage de l'adversaire, en l'air, etc) là encore, plus c'est difficile à placer, plus c'est "mortel", dans tous les sens du terme. Ce "Super canel" est le petit bonus jouissif du jeu permettant aussi de se défoulant au lieu d'être un peu trop rigide dans son approche technique. Cette technique, bien qu'utilisé avec parcimonie, permet d'équilibrer un peu le jeu entre la grosse technicité requise (majeur) et le côté défoulant que se doit être une baston 2D (mineur dans KoF comparé à Street). Un jolie équilibre dans ces nouveautés et ce gameplay. Excellent.

Une 2D basse-résolution au top !

Techniquement, le soft pourra quelque peu accusé son âge pour ce qui est des sprites mais reste franchement de grande qualité. Ils ont tout de même été affinés, et sacrément bien animés pour une décomposition toujours aussi fluide si ce n'est plus. Les décors ont eux été bie relooké pour des décors mi-2D mi-3D de trés grande qualité. Et même si l'incrustation des persos restent un peu en décalage, cela fonctionne toujours autant. On pourra être un peu déçu par les illustrations de personnages lors du choix dans le menu qui sont un peu trop "aseptisés manga", ce qui dommage quand on voit la grande qualité des artworks débloqués dans la Galerie.
Les personnages sont toujours aussi classieux même si les nouveaux personnages sont toujours en dessous avec leur look archetypés "cheveux blancs efféminés à la coréen" contrairement au côté plus distingué de chaque série : FF, Art of Figting ou même les premiers persos KoF comme Iroi et Kyo. Mais qu'importe, il ne reste pas moins que globalement les personnages ont toujours autant d'impact malgré la grosse dizaine d'année d'existence. Le grand nombre est aussi là pour impressionner tout le monde aved plusieurs persos cachés à débloquer via les modes arcades mais surtout "Challenge" où vous devrez vous battre sous plusieurs conditions, il y a 40 challenges à réussir, des galeries de cinglé à compléter et évidemment des persos cachés à débloquer donc. Tout ça prend énormément de temps et franchement la durée de vie est énorme sans compter le plaisir à s'entrainer ou à s'amuser entre potes. On rappelle que la version jap' avait un mode online. Ici c'est absent mais bon avec la qualité de service extrêmement médiocre, mieux ça que quelque chose de bâclé et/ou inutilisable.

Enfin, la qualité sonore est toujours aussi bonne même si "toujours" est très optimiste puisque la qualité des derniers KoF est très variable mais vous avez le choix entre les musiques arcade et remixés. Dans les deux cas, c'est du tout bon que ce soit pour les nouvelles oreilles ou les vieux nostalgiques qui jongleront avec des musiques crées pour l'occasion et des thèmes anciens.
On va tout de même souligner des petits problèmes : le jeu en 50Hz est déplorable... Ce n'est pas une observation du style "hardcore gamer de ouf" mais bel et bien une réalité la sensation évoquée plus haut de dynamisme et mouvement se ressent moins qu'en 50Hz c'est un fait qui n'a pas réellement pu se réparer en 10 ans. Par ailleurs, je vais noter que ma version a droit à une bande inférieur bleue en guise de masque 16/9 et non en noir... Ce qui est... comment dire... bah extrêmement laid tout simplement. Donc à réfléchir si votre TV ne supporte pas le 60Hz, sinon faut investir dans un câble RGB car impossible de réellement profiter des jeux de baston 2D de cette manière et encore moins ce 11ème volet de KoF.
Autre chose qui n'est pas si anodin, le jeu est compatible avec la PS3, ce qui a le don d'affiner les sprites (si vous ajuster l'option dans vos paramètres), une excellente chose donc pour un confort maximal.
Enfin, malgré ses retards, Atari a tout de même soigné le packaging avec une jaquette de qualité et surtout un livret bien foutue et en couleurs, ce n'est pas grand chose mais il y a déjà ça de bon dans la localisation, bien que le 50Hz de qualité moindre qu'à l'accoutume casse un peu la chose, tout comme une non-traduction française même si ce genre de jeu est peu propice à des dialogues long et passionnants...

Bon ! King of Fighters XI est tout simplement une perle de la baston 2D, qui renoue le succès de la série. Certes, ce ne sera pas le meilleur de la série (qui a dit 98 ?) mais le meilleur de Playmore qui rivalise sans problème avec les premiers. Un excellent travail pour le studio coréen.
Ce volet permet de re-créer un jeu d'une profondeur rare avec une accessibilité assez ouverte pour savoir se défouler sans se prendre la tête. Nous devrions avoir là le dernier jeu de baston 2D de la PS2. Prochaine étape : Super Street Fighter II HD, SNK suivra t-elle cette voie ? On sait déjà que pour KoF XII, le travail des sprites sera refait de A à Z. Mais pour l'instant KoF XI vous tend les bras, allez le chopper et vous éclater et prouver que la baston 2D est toujours digne du jeu vidéo !