Link dans son tout premier jeu à lui

Héros de la saga Zelda depuis 1986, Link n'avait jamais eu l'occasion de voir son nom figurer dans un soft Nintendo sans qu'il ne soit précédé de celui de la princesse d'Hyrule. Un an après la sortie du magnifique Twilight Princess le petit homme au bonnet vert revient sur les terres qu'il foula jadis pour dégommer à tout va armé d'une arme plutôt classe: son arbalète. Et tout ça pour promouvoir... le Wii Zapper vrai-faux gun de Big N.

Wii Zapper et Crossbow Training

Commençons par le réel intérêt du jeu, si tant est que l'on puisse l'appeler ainsi, à savoir la façon dont Nintendo nous propose de jouer.
Tout comme dans Resident Evil : The Umbrella Chronicles, Link's Crossbow Training se propose d'utiliser ce support pour la Wiimote et le Nunchuk qu'est le Wii Zapper. Contrairement au titre de Capcom qui finalement use assez mal de cet accessoire, l'entraînement à l'arbalète de Link (j'aime bien traduire les titres en français) s'en sort, sur ce point, avec les félicitations du jury. Exit les problèmes de décalage du réticule, un calibrage vous est proposé à l'écran principal ainsi que le choix de la rapidité du viseur pour un confort de jeu qui, avouons-le, est excellent. La jouabilité, assez basique soit dit en passant, est néanmoins très efficace. Le bouton A pour mettre en pause, B pour tirer (évidemment c'est la gâchette), pas besoin de recharger, les munitions sont illimitées. Pas besoin non plus de secouer la Wiimote ou le Nunchuk comme un imbécile en se rendant compte du manque de finesse de cette action.

Je connais ces terres, j'ai foulé ces pierres

Un autre bon côté du soft, l'univers de Twilight Princess. Peut-être était-ce l'occasion pour les développeurs de ne pas se fouler en reprenant un environnement déjà utilisé et qu'ils savaient facilement adaptable pour ce "parcours de tir" mais toujours est-il qu'on éprouve un certain plaisir à décocher ses flèches dans les décors du dernier opus Wii. D'autant plus que les séquences choisies figurent parmi les meilleures: Toal, bien entendu, le village typé far-west où vous retrouverez votre armée de gobelins à dessouder, la maison du yéti, la plate-forme où on lutte contre le dragon où encore les bois perdus. Une façon sympathique de se rappeler à nos bons souvenirs.

Déroulement

Concrètement on retrouve trois types d'épreuves à savoir adresse, défense et attaque. Dans tous les cas, votre objectif sera de compiler au moins 20 000 points sur les trois manches pour obtenir la médaille de bronze et ainsi débloquer les autres niveaux.
La première consiste à viser des cibles. Afin de multiplier les points, vous devrez, autant que faire ce peut, essayer d'enchaîner les tirs réussis pour voir votre score augmenté. Sur le début, cela ne pose pas véritablement de problème, mais le tout se corse un peu dès lors que les cibles se mettent en mouvement. Pour "pimenter" un peu le gameplay vous aurez également des cibles ou encore des personnages à éviter afin de ne pas voir votre score dégringoler. Sachez enfin que les décors contiennent pas mal d'éléments susceptibles de vous faire atteindre le high-score comme des jarres, des caisses ou encore des épouvantails.
Le deuxième type d'épreuve vous demandera de résister un temps donné contre une horde d'ennemis décidés à vous occir. Etant donné que vous restez sur place, une bonne séquence de bourrinage peut parfois vous permettre de sauver les meubles.
L'attaque, pour finir, est la phase la plus intéressante. Vous vous retrouvez lâché dans une arène, vous aurez à exterminer un certain nombre d'ennemis, toujours en temps limité. Si vous êtes un peu malin, vous trouverez des petites astuces comme tirer dans les explosifs afin de vous débarrasser de plusieurs assaillants à la fois. Des petits plus seront de la partie comme l'apparition de lumières vertes qui vous permettront d'augmenter la cadence de tir de votre arbalète.

La boucle est bouclée

Manque de chance dans tous ces petits détails agréables, Link's Crossbow Training ne parvient pas vraiment à obtenir le titre de jeu. 20 000 points sont nécessaires pour terminer les niveaux et, à moins d'avoir une âme de challenger solide comme un roc, on se contente très bien de la médaille de bronze et malgré tout l'attachement qu'on peut avoir pour l'univers de Zelda, il sera difficile de se motiver pour aller récupérer de plus hautes récompenses (surtout quand vous avez Guitar Hero 3 juste à côté...). Du coup, le jeu en devient vraiment très court. En même temps s'il avait été plus long il serait devenu lassant...

Avouons-le, Jérôme Bonaldi serait bien plus à même que moi à vous motiver pour vous lancer dans Link's Crossbow Training. Le tout n'est pas vraiment mauvais, mais on ne peut pas dire qu'il soit bon. Très court et finalement, est-ce un mal, au vu de la répétitivité des épreuves, ces mini-aventures de Link valent surtout le détour pour l'univers de Twilight Princess et surtout l'utilisation plus que correcte qui a été faite du Wii Zapper. Après c'est quand même très basique et même si on s'y attendait, le constat est un peu amer.