Mario Kart Wiiiiiiiiiiiiii

Mario Kart Wii, l’un des jeux les plus attendus sur la console de Nintendo, en attendant toujours Super Smash Bros dans nos contrées, est enfin disponible. Voici l’occasion de faire un test (même si la plupart des gamers se sont sans doute déjà jetés dessus) pour voir si Mario Kart est toujours synonyme de fun. Balancez les champignons, c’est parti !

Tout d’abord un petit récapitulatif pour ceux qui ne connaîtraient pas la série. Mario Kart est un jeu de course avec les personnages de l’univers Mario sorti au début des années 90 sur Super Nintendo. Chaque console Nintendo a par la suite accueillie son propre jeu. On a donc eu Super Mario Kart et son fameux mode 7 sur SNES, Mario Kart 64 et le passage à la 3D sur N64, Mario Kart Advance qui fut le premier épisode portable sur GBA, est ensuite venu MK Double Dash sur Game Cube avec les karts à double place et Mario Kart DS proposant enfin de jouer online. Aujourd’hui, Mario Kart Wii reprend la plupart des éléments qui ont fait le succès de la série en y ajoutant quelques nouveautés pour toujours plus de fun et de convivialité.

"Mamma Mia, lé Malio Kalt nouveau est là! You ouh!"

Au rayon de ces nouveautés nous trouvons bien évidemment le Wii Wheel vendu avec le jeu. Les habitués du pad et de la série ne l’aimeront sans doute pas et préfèreront garder leurs vieilles habitudes en jouant avec la manette mais pourtant le résultat est plus que correct voire très bon. En effet, et bien qu’au début la chose n’est pas évidente à manier, on retrouve toutes les sensations d’un Mario Kart après un certains temps d’adaptation. Je peux même vous dire qu’ayant fait tous les épisodes de la série, je ne joue maintenant qu’avec le volant (et je le vis très bien malgré le ridicule procuré). A noter que le snake a disparu et que vous aurez désormais la possibilité de choisir une conduite automatique ou manuelle. La première vous exécutera les dérapages automatiquement mais il n’y aura aucun boost alors quand manuel vous déclencherez vos dérapages tout seul comme un grand et aurez droit à un boost bien pratique. Ainsi tout le monde peut jouer et trouver son compte.

Passons maintenant aux circuits, objets et personnages. Comme à l’accoutumé 32 circuits seront disponibles, la première moitié est évidemment composée de 16 nouveaux parcours répartis en quatre coupes et les 16 autres sont repris des anciens épisodes et sont aussi divisés en quatre coupes. Pour ce qui est des personnages, on retrouve pas moins de 24 protagonistes dont certains assez inattendus. Mais je n’en dirai pas davantage vous laissant le plaisir de les découvrir. Pour ce qui est des objets on retrouve les habitués de la série comme les carapaces rouges et vertes, les triples carapaces, la carapace bleue, l’éclair, les différents champignons ou encore l’étoile. Maintenant il faudra compter sur le nuage qui vous rapetissera si vous ne le donnez pas à un concurrent en le touchant, le Pow qui provoquera un tremblement de terre et vous fera faire un beau tête-à-queue et enfin le méga champi qui triplera votre taille et vous rendra invincible.

On terminera au rayon des nouveautés avec, désormais, des courses à douze en mode course et battle, un mode online permettant lui aussi de jouer jusqu’à douze avec des gamers du monde entier, la possibilité d’exécuter des tricks avant de faire un saut pour activer un boost et, surtout, la venue des motos. Celles-ci se différencient des karts au niveau des dérapages mais aussi en ligne droite avec la possibilité de cabrer pour bénéficier d’une petite accélération bien pratique. Voilà des nouveautés qui augmentent bien le plaisir du jeu.

"Ouné mode, deux modes, tlois modes, quatle modes... You ouh!"

Passons maintenant au contenu du jeu. Une fois votre Mii enregistré vous aurez accès au menu principal. Celui-ci se compose en quatre parties : Mode solo, mode multijoueurs, mode Online et Chaîne Mario Kart.

Le mode solo reste identique aux épisodes précédents. Vous pourrez ainsi participer au Grand Prix (uniquement en solo hélas) en kart si vous choisissez le mode 50cc, en moto pour le 100cc et avec le véhicule de votre choix en 150cc et miroir. Le tout se jouera contre onze autres participants et vous permettra de débloquer la majorité des véhicules et autres personnages. Après le mode Grand Prix on trouve les modes Battle, Contre la Montre et Courses VS. On notera des changements au niveau du mode Battle qui permettra seulement de jouer au mode ballons et à la chasse aux pièces. Les deux modes vous placent chacun dans une équipe bleue ou rouge composées chacune de six membres. Dans le mode pièce, l’équipe qui en ramassera le plus sera désignée vainqueur et dans le mode ballon, l’équipe qui aura touchée le plus d’adversaires remportera la victoire. Ce dernier mode change tout de même énormément car, une fois nos trois ballons éclatés, on revient dans la course avec le même nombre de ballons mais avec un point en plus pour l’équipe.

Passons maintenant au mode multijoueurs jouable à deux, trois ou quatre joueurs. Vous pourrez y disputer des courses et des batailles. Ces deux modes se jouent désormais à douze et il sera possible de définir différentes règles comme la difficulté des adversaires, les objets qui seront utilisés pendant la course (pas d’objets, objets explosifs, classiques ou recommandés) ou encore le nombre de circuits avant la remise des prix.

Parlons du mode online maintenant. Vous pourrez y jouer seul ou avec un ami et vous mesurez contre les personnes du monde entier (surtout d’Europe et du Japon, les américains recevant le jeu à la fin du mois). Vous choisirez ensuite l’origine de vos adversaires que ce soit au niveau mondial, continental ou vos amis. Une fois tout cela choisi, vous n’aurez plus qu’à attendre que des joueurs soient sélectionnés et à vous les courses et batailles endiablés sur le net le tout sans lag. Elle est pas belle la vie ? Attention toutefois aux mauvais joueurs qui ne supporteront pas d’être premier toute la course et de se prendre une carapace rouge, un éclair et une carapace bleue juste avant la ligne d’arrivée puis perdre cinq place. C’est rageant certes, mais au moins, tout le monde a sa chance de gagner, mais c’est rageant quand même, très rageant même, très très rage… j’arrête.

On finira ce tour des modes de jeu avec la chaîne Mario kart qui vous proposera de télécharger des fantômes de joueurs pour tenter de les battre, de voir le classement mondial ou continental des meilleurs joueurs ou encore le mode concours qui permettra de faire des… concours. Malheureusement on ne peut pas en dire plus pour l’instant, Nintendo n’ayant encore organisé aucun concours. Patience donc.

« Tou sais qué t’es pas tlès beau toi ? You ouh!»

Voilà la grosse déception du jeu. Bien évidemment on sait que la Wii est bien inférieure aux deux autres concurrentes mais elle nous a quand même démontrée qu’elle en avait sous le capot avec des jeux comme Mario Galaxy ou Metroid. Or, avec ce Mario Kart Wii on s’aperçoit que Nintendo n’a pas trop forcé. Les circuits possèdent ainsi un léger flou cherchant à cacher l’aliasing et les personnages possèdent dix polygones (bon, j’exagère…un peu). Rien de grave cependant car en pleine course c’est à peine si on remarque ces détails. Niveau sonore rien d’extraordinaire non plus. On retrouve les voix habituelles des personnages avec leurs cris si particuliers : Yahouuuuu, Bwouaha, Ooooooh, I’m Luigi number oooone, mamma mia, Wouhouh wouhouhou et j’en passe des bruyants et des pas mûrs. Pour ceux qui est des musiques, elles restent dans l’esprit de la série et on retrouve évidemment celles des anciens circuits un peu remixées pour m’occasion.

Nous nous retrouvons donc devant un Mario Kart fun et convivial qui satisfera le plus grand nombre de joueurs grâce à une prise en main toujours aussi bonne et des nouveautés toujours bonnes à prendre. Le mode online rajoute également un plus énorme et les parties endiablées vont s’enchaîner tout autour du globe. Dommage cependant que beaucoup de courses se jouent sur la chance qui permet aux tous derniers de se retrouver en pôle position juste à la fin. Quand on est dans ce cas c’est évidemment très bien mais quand on mène c’est rageant. Bref, il faut prendre ça comme du fun à l’état pure et surtout, comme il dirait l’autre, « c’est l’jeu ma pôv Lucette ! ».