God of M

"Mon nom est Wolverine. Je suis le meilleur dans ma partie."
Tirade qui débute toujours chaque épisode du comicbook Wolverine et qui se représente dans ce nouveau jeu vidéo, mais adapté du film de Gavin Hood.
Les adaptations vidéoludiques de films n'inspirent que très rarement confiance, tout le monde le sait. En plus, les derniers jeux estampillés Wolverine n'avaient pas franchement été réussis.
Mais, le jeu étant développé par Raven Software, un des studios les plus dignes de confiance d'Activision et déjà à l'œuvre sur les X-Men Legends et le Marvel Ultimate Alliance, peut être auront nous à un bon jeu.


Une histoire en dents de loup

Le jeu est adapté donc du dernier film de G.Hood... Pardon, film de la Fox. Mais vu que le film ne raconte pas énormément de choses, le scénario a été extrapolé pour avoir quelque chose d'à peu près consistant. Ainsi, nous vivrons les aventures de Wolverine entre passé (mission en Afrique) et présent (juste après s'être fait opéré). Le scénario est extrêmement confus et raconte bien peu de choses passionnantes, autant le dire tout de suite. Avec ce jeu, vous n'aurez aucun plaisir scénaristique tant la base est elle-même peu développé pour ensuite tirer sur la corde jusqu'au bout pour trouver des missions potables.
Ainsi, pour meubler, nous auront droit à des ennemis surnaturels ou des géants venues de nulle part, ainsi que des combats contre les persos clés du film, histoire de tout caser. Exemple : une séquence inutile avec le Blob (qui est très moche soit dit en passant) où on doit le combattre pour une simple information. De la même façon, tout une heure et demi à se galérer à poursuivre Gambit pour dire "ah ouais je sais où est Creed. Viens, c'est assez loin".
Vous aurez compris, le scénario est incohérent, superflu et en plus de ça mal joué avec des dialogues qui tournent en boucle pas vraiment bien joué car manquant à la fois de consistance et de réel investissement.

Et je vous évite un avis sur le matériau d'origine... Ceci dit, l'atmosphère bestiale de Wolverine prend le dessus et suffit à se motiver à jouer, plutôt que l'envie de connaitre l'histoire du film (mon dieu, Deadpool...).

Kratos en cosplay de Wolverine

On rentre dans le jeu à proprement parlé et on s'aperçoit rapidement que les mécaniques de Wolverine sont toutes issues de God of War. Pas seulement dans la jouabilité brute avec exactement les mêmes commandes, mais aussi dans le moteur physique et les sensations puissance au moment du contact. Ainsi que cette sensation de légèreté et de souplesse dans ses déplacements qui rompent instantanément quand les lames s'enfoncent avec brutalité dans les ennemis, déchiqueter en deux. Nous avons aussi les mêmes plans de caméra rapproché quand Wolverine effectue un finishing move, ainsi qu'évidemment les mêmes orbes rouges qui remplissent vie et furie pour lancer une attaque spéciale (quatre en tout).
On se surprendra aussi à avoir les mêmes animations dans les sauts et double saut, avec la même justesse... On aura aussi les mêmes intéraction avec les décors pour bouger des caisses sur des interrupteurs, ou pour, non pas ouvrir des coffres mais arracher des dogtags sur des cadavres vous rapportant de l'exp.

Raven a tout simplement décortiqué et refait le moteur de God of War... Le soft n'a absolument rien d'innovant, d'original ou même de personnel et les habitués à Kratos ne seront pas déconcertés.
Le point positif, c'est que les sensations bestiales sont là grâce à un travail d'animation jouant sur différents rythmes et un vibreur mis à contribution. Tout comme le sentiment de puissance, aussi et par conséquent, le défouloir reste efficace.

De la même manière, le level design est plutôt linéaire même s'il y a eu un vrai travail graphique pour donne l'illusion de grandeur et éviter ainsi une linéarité trop prononcée.
Il reste aussi quelques petits "trucs" propres au mutant griffu comme la possibilité de bondir sur les ennemis après un lock. Ce qui est impressionnant et utile mais qui a tendance à faciliter le jeu mais aussi à le scripter. Le coup du lock et du semi automatique dessert finalement le jeu et on se rendra vite compte que le jeu est en fait basé sur une multitude de scripts où les boss (ou semi-boss) se battent non pas avec acharnement et réflexe mais en comprenant les mécaniques adverses. Exemple : esquiver l'attaque d'un géant rocheux pour ensuite lui bondir sur la tête et le déchiqueter, plusieurs fois de suite. Beaucoup d'évènements sont finalement extrêmement dirigés et ce, parfois contre le bon sens même. Genre je suis à 1 mètre du toit, je peux pas sauter dessus, bloqué par un mur invisible m'obligeant à suivre l'unique voie alors qu'un petit détour sur un toit n'aurait pas fait de mal à personné...
On a donc là un jeu à sensations mais terriblement illusoire car fonctionnant sur ses cripts d'animations et de séquences de jeu, parfois même jusqu'à être contradictoire techniquement parlant.
C'est comme ça que l'on remarque des bugs de collision assez flippant, une physique "lunaire" peut aussi sauter à la figure sur certains ennemis juste pour coller avec la zone du jeu.
Nous avons aussi des éléments interactives dans le niveau, chose pas nouveau et à la mode mais renforce ce côté scripté. C'est drôle mais en aucun cas surprenant.

On pourrait apprécier aussi l'évolution de Wolverine qui gagne des niveaux, ainsi que des points de compétences à partager entre les différentes capacités à disposition renforçant sa santé, ses attaques, sa rage ou renforçant ses attaques spéciales. Attaques spéciales qui viennent tout droit de... X-Men Legends et Marvel Ultimate Alliance. Ben ouais, Raven a aussi pioché dans leurs anciens jeux pour créer ce Wolverine. Si vouliez voir de nouvelles attaques, c'est raté.
Mais cet aspect évolutif est finalement très linéaire et ne demande pas de décisions radicales.
Un peu comme Star Wars : Le Pouvoir de la Force où tu finissais par avoir tous les pouvoirs, qu'importe tes choix.

Wolverine, il a de beaux boyaux !

En fait, le jeu réussit à se démarquer du film par une chose. Dans le film, Wolverine tranche tout sans avoir une goutte de sang sur ses lames, sans avoir son corps en bouillasse et en plus son brushing est intact... Dans le jeu, on verra les entrailles du Wolverine à force d'encaisser des balles, des lames et résiste même à divers explosions, tout ça en temps réel !
Certes, le moteur Unreal Engine III donne un aspect "plastique Action Man" à la peau du personnage, m'enfin pour le coup ses dégâts physiques titille l'œil. On est dans l'ordre du détail, mais ce sont souvent ce genre de détails qui font la différence. C'est quand ils n'y sont pas qu'on s'aperçoit de leur intérêt. Pour le coup, Wolverine est visuellement réussi et retranscrit bien la violence du personnage.

On a droit aussi à de très beau décors, malgré leur immobilité et manque d'interaction. Vous ne verrez pas les décors en miettes comme un Stranglehold par exemple, non vous verrez des beaux décors bien travaillés et minutieux mais statiques.
En revanche, pour le côté "personnel" on repassera car on a toujours cette aspect de surbrillance sur les personnages lié à un mauvais jeu de lumière... Les visages sont plutôt bien modélisés, un peu normal me direz vous... Même s'il n'y a rien d'extraordinaire.
On n'applaudira pas sur les performances des doubleurs qui surjouent et ne sont pas du tout dedans, avec un choix des voix plutôt clichés et voir qui corresponde pas du tout (la voix douce de Sabretooth), une musique pas bien inspiré et qui ne prend pas réellement de place sur les séquences. On pestera quand même sur la répétition des dialogues, in-game et curieusement même lors des cut-scènes (on a enregistré un rire pour Gambit et on l'a répété 10 fois le long de ses apparitions...).

Techniquement en revanche, malgré les scripts et la linéarité, on a, en plus de bugs de collision relevé plus haut, des tendances à la chute de framerate s'il y a trop d'éléments à l'écran, ainsi qu'un rafraichissement de l'image qui galère pas mal et est visible à l'œil nue (vous savez, ce balayage de l'image de haut en bas). On pestera aussi sur des temps de chargements biens longs, ainsi que parfois une cut scène qui se freeze avec comme indication écran "streaming"... C'est à dire retard de lecture.

X-Men Origins : Wolverine est un jeu bien impersonnel et donc sans aucune surprise. Ce n'est pas étonnant pour une adaptation de film. Mais il propose néanmoins un défouloir plutôt efficace en matière de sensations à défaut de variété.
Le charisme de Wolverine fera le reste pour quelques réticents. Même si, le jeu reste vraiment grossier dans son approche scénaristique, dans son écriture de dialogues (une blague pourrie à chaque cut scène) et même dans son déroulement de gameplay scripté à mort, un peu comme si on avait peur de se donner de la liberté... Ou si on avait peur de trop en donner justement.
En faisant ça, on limite la casse et on fait illusion. Ca marche les deux premières heures, on s'en contente les deux heures suivantes et on commence à s'impatienter pendant les deux dernières heures de jeu. Pour finir sur... Deadpool ! Rooh mon dieu qu'il est laid ! On ne s'y fera jamais, même avec la plus grande largesse d'esprit possible.