The Conduit

La Wii accueille son premier FPS réussi. On regrette qu'il ne soit pas plus audacieux...

Les FPS sont, bizarrement, mal représentés sur Wii. Les amateurs de shoot en vue subjective ont jusqu'ici eu droit à des portages bancals (Call Of Duty, Far Cry) ou des tentatives mal fignolées ([I]Red Steel[)/I]. The Conduit n'est rien de tout ça. Il s'agit d'un titre originale, qui s'impose comme le meilleur représentant du genre sur le monolithe blanc, sans avoir néanmoins dû fournir trop d'efforts.

TRÈS SIMPLE à prendre en main (déplacements au Nunchuk, rotation et visée avec le pointeur de la Wiimote), et plutôt bien réalisé, le jeu édité par Sega ne prend absolument aucun risque. Le classicisme et le dirigisme dont il fait preuve au niveau de son action lui permettent de figurer comme un bon titre initiatique. On dénote bien quelques fantaisies, tels une sphère pouvant dénicher des éléments invisibles à l'œil nu, quelques armes sortant des sentiers battus (dont certaines permettent de guider son tir), ou un mouvement du poignet gauche pour lancer une grenade...

Reste que, pour les habitués, ce ne sera pas suffisant. Quiconque pratique le frag sur d'autres machines ne verra ici qu'un FPS sans saveur particulière, au style visuel et à la trame ( une invasion extraterrestre croisée à un complot gouvernemental) un peu datés. Reste un atout de taille : une campagne solo longue d'une huitaine d'heures pour qui finira le jeu - non sans avoir surmonté quelques passages aberrants de difficulté.

The Conduit offre un multijoueur en ligne fonctionnel, compatible le Wii Speak. Certes, les différents modes proposés, pour un maximum de 12 joueurs, ne sortent pas de l'ordinaire. Mais ils font ce qu'aucun FPS avant n'avait réussi à faire sur Wii : divertir convenablement.