Les superheros n'ont pas froid aux oreilles

Clover Studio est connu pour son soft Viewtiful Joe... Justement c'est ce jeu qui nous interresse. Initialement prévu comme une exclusivité GameCube (et il y restera quelques mois), le jeu a vue le jour sur PS2, comme tous les titres qui s'ensuivient de Capcom. Nous allons revenir sur l'originalité de ce jeu et aussi de son fun, ainsi que son visuel, et... bref on va (re)découvrir Viewtiful Joe !

Un cartoon interactive

Généralement la première chose que l'on voit dans un jeu c'est son graphisme (logique me direz vous) mais Clover Studio a crée un tout nouvel univers, qui en fait, devient une marque de fabrique du studio (voir Okami). Non pas qu'ils aient inventé le Cell-Shading (merci Sega), mais il y a un traité cartoon dans ce visuel : disproportions du heros, des batiments, des animations "élastiques" à l'image de Joe qui se la joue Neo ou des ennemis instables comme un Rhinoceros armé jusqu'aux dents, un requin timbré, etc.

Purement technique, le graphisme est très beau, très original par ces proportions ainsi que ces cernés noirs qui font office de traits, un peu "dessin au marqueur". Chose qui personnalise et caractérise le jeu, ce qui est bien plus interressant qu'un, dorénavant stérétotypé, cell-shading... De plus, le jeu est en scrolling horizontal "à l'ancienne" .Bien que modélisé en 3D, un coté old-school se ressent aussi dans ces graphismes.
Le design du jeu reste aussi dans cette esprit, Joe est ridicule en "cinéphile du dimanche" dans son costume sentaï, ainsi que des ennemis tellement idiots et drôle, à l'instar du Requin qui oublie ces mots, ou de la Chauve-souris, typique du "méchant crétin bavard". Ce mélange de ridicule, gag, exagéré, parvient à nous lancés de beaux sourires, voir rires si on se sent le coeur léger (plus drôle que Jean Roucas, n'ayez crainte).

Joe est un (super)heros

Pour la petite histoire, Joe est un cinéphile qui adore Capitaine Blue, un heros issu d'une multitude de films de serie B, dont il est justement au cinéma avec sa petite amie voir le dernier film de son heros. Pas de chance, le super-heros est battu avec en prime, Joe qui rentre dans Cinéland (le nom du lieu) qui assiste impuissant à l'enlèvement de sa petite amie. Dans un dernier souffle, son heros fétiche lui lègue ses pouvoirs, Joe devient un superheros.

Les pouvoirs de Joe sont aussi efficaces que jouissifs, car ce sont ces pouvoirs qui sont à eux seuls le gameplay du jeu. Joe peut ralentir, accélerer le temps, il peut aussi se rendre invincible et sortir des techniques ravageuses et ce en un clin d'oeil. Chaque pouvoir fait diminuer sa barre de puissance, mais celle ci remonte rapidement. Aussi, attention à ne pas épuiser cette barre, sinon Joe sera momentanément sans la protection de son costume.
Chaque pouvoir n'est pas là pour le style, il est là pour se battre efficacement. Ralentir le temps va permettre d'augmenter la puissance des coups, Joe pourra même esquiver les projectiles automatiquement ; Accélérer le temps pour éviter un piège, ou pour enflammer vos poings et pieds un court instant ; enfin devenez invincible et la caméra zoom sur Joe qui se battra avec plus de force, plus de possibilités en ce concentrant unqiuement sur ses ennemis proches.
Ces pouvoirs s'actionnent très facilement sur simple pression des deux gachettes et du joystic droit.
Ceci a pour effet de rendre le gameplay dynamique et varié, chose très plaisante, évidemment. Une jouabilité extremement simple et pourtant elle offre un dynamisme très jouissif et fun.

Un superheros trop vigoureux...

Ce gameplay est certes très plaisant, mais il devient vite très, trop "bourrin", ceci est censé y ajouter du plaisir mais il y a un moment où il a saturation de mouvement : ça bouge, ça frappe, ça ralenti, ça frappe, ça "speed" et tout ceci en un temps très court, mais étalé sur une longueur suffisante pour faire mal au crâne. Ces actions sont fort plaisantes mais à petite dose, il y a une surenchère de mouvements qui peut vite énerver à la longue.
Si on y ajoute une difficulté mal dosée, cela n'arrange pas les choses, les boss requiert une certaine technique pour les battre efficacement, mais surtout pour éviter leurs pièges, faisant souvent très mal, des pièges que l'on ne voit pas forcément car le niveau est trop vaste pour tout voir, ou tout simplement un ennemi trop bondissant. Des contraintes très fortes qui empechent de faire du "rentre-dedans" comme il se doit, les boss requiert un minum de lucidité pour un gameplay qui n'en demande pas, de plus les sauvegardes ne sont pas juste avant le boss, ce qui oblige à se refaire une partie du niveau, ceci renvoie vers l'enervement de la répétition du jeu.

Un jeu au service de la créativité, ce qui est fort louable et même plus que ça, une réussite. Le petit coup de pouce qui permet aux editeurs de se lancer un peu plus dans l'originalité. Novateur dans son univers, fun dans son gameplay, on ne peut que rêver mieu, mise à part ce décalage de difficulté, Viewtiful Joe est une pure bombe videoludique, bien délirant. Avec en plus, Dante de Devil May Cry en Guest star. Jouable après avoir fini le jeu une fois, un petit plus de durée de vie et un plaisir supplémentaire !