Jump Super Star

Loi du marketing oblige dans ce monde pourri jusqu’à la moelle par l’argent et le sexe, on adapte les films en jeux, les jeux en film, les mangas en dessins animés, les mangas en jeux… Alors pourquoi pas plusieurs mangas en un seul jeu vidéo ? C’est la brillante idée qu’ont eu Nintendo et Shonen Jump, le magazine dans lequel sont publiés la plupart des mangas au Japon, parmi lesquels Dragon Ball, One Piece ou Naruto, pour ne citer que les plus connus chez nous.
Jump Super Stars est donc un jeu de baston ressemblant vaguement à Super Smash Bros. Melee, et qui met en scène une tripotée de personnages des mangas suivant (respirez un bon coup) : Dragon Ball Z, Dr. Slump, Shaman King, Hikaru no Go, Black Cat, Yu-Gi-Oh!, Rurouni Kenshin, Busou Renkin, Yu Yu Hakusho, Slam Dunk!, Jojo's Bizarre Adventure, Steel Ball Run, Naruto, Eyeshield 21, One Piece, Bobobo-bo Bo-bobo, Death Note, Ichigo 100%, Mr. Fullswing, KochiKame, Prince of Tennis, Gintama, D.Gray-man, Katekyo Hitman Reborn!, Hunter X Hunter, Pyuu To Fuku! Jaguar et Bleach.


Kameha gomu no rasengan !

Le jeu vous propose une grosse vingtaine de personnages jouables comme Goku, Vegeta, Naruto, Luffy,Yugi, Kenshin... les autres servent de personnage de soutien, qui apparaîtront ponctuellement durant les combats pour vous donner un coup de mains ou un coup de boost.
Le principe de base est simple : on se tape dessus à 4 maximum, dans des niveaux remplis de bonus/malus à ramasser : gain de vitesse ou invulnérabilité temporaire, poison, bombes etc, sans compter les bananes et autres poulets grillés qui vont redonneront un peu de vie. 2D oblige, les niveaux sont « plats », c’est-à-dire qu’on ne peut pas se déplacer en profondeur, mais comportent en contrepartie plusieurs « étages », en général 4 ou 5, histoire de s’éloigner un peu de la meute quand on prend trop de coups. Chaque niveau est fermé de base, mais tous les murs sont destructibles, ce qui permettra de faire quelques ring-out bien placés en balançant l’adversaire dans le vide. Un principe assez similaire à Super Smash Bros. ou Power Stone, donc.

Machin truc datte bayooooo !

Le mode solo se présente sous la forme d’une map à parcourir, chaque point représentant un combat à livrer. Les premiers niveaux sont l’occasion d’apprendre un peu comment tout ça fonctionne. Chaque personnage a trois coups principaux : B pour l’attaque de base, Y pour le coup puissant et X pour le coup spécial (le bouton A servant à sauter). Chacune de ces attaques se décline en plusieurs variantes, suivant la direction choisie. Et évidemment, chaque personnage a sa propre super attaque, rasengan pour Naruto, kamehameha pour Sangoku…
Les combats paraissent un peu bourrins au départ (le japonais n’aide pas non plus à saisir toutes les subtilités d’emblée), et c’est vrai qu’ils le sont, mais on apprendra au fur et à mesure à maîtriser son personnage pour finalement participer à des combats plus tactiques qu’il n’y paraît, surtout avec le système de cartes sélectionnables sur l’écran tactile (on y reviendra plus bas j'ai dit !).
Hormis le fait de battre votre ou vos adversaires, chaque combat du mode solo est constitué de plusieurs objectifs à atteindre, du genre gagner sans subir de KO, utiliser un certain nombre de fois l’attaque spéciale, détruire tous les murs du niveau, faire tomber tous vos adversaires du ring au moins une fois… Chaque niveau comporte en général cinq objectifs de ce genre à réaliser, ce qui vous obligera à recommencer plusieurs fois pour tous les réussir. Mais pourquoi donc se galérer à recommencer un niveau alors qu’on peut tranquillement passer au suivant ? Tout simplement parce que chaque objectif atteint débloque une nouvelle carte pour votre deck. Et comme vous êtes un fan de *Insérer le titre de votre manga préféré ici*, il faudra absolument tout terminer à 100% pour débloquer votre héros préféré et tous ses amis !

Puppet master

Voilà, on attaque enfin le gros morceau du jeu, ce qui lui donne une grosse partie de son intérêt et de sa durée de vie. Ben oui, les développeurs se galèrent à réunir plusieurs dizaines de héros de mangas dans un même jeu, c’est pas pour torcher un petit jeu de baston à la con et se barrer. Surtout que ça se passe sur DS, il fallait donc trouver une utilité à cette saloperie d’écran tactile !
Celui-ci sert donc à afficher la liste de vos personnages, par le biais d’un tableau composé de plusieurs cases, où vous devez placer des vignettes représentant vos personnages. Ces vignettes se récupèrent au cours de l’aventure et sont de différentes natures : celles qui occupent de 4 à 6 cases sont des personnages jouables. Celles de 2 ou 3 cases sont des personnages de soutien qui apparaîtront brièvement à votre demande pour vous donner un coup de main. Enfin, les vignettes d’une case sont également des personnages de soutien, mais qui se contenteront de booster certaines de vos capacités, sans apparaître sur le champ de bataille. Concrètement, durant un combat, il suffit de cliquer sur une vignette pour changer instantanément de personnage, ou en appeler un à la rescousse. Attention toutefois, puisque cela nécessite forcément une certaine quantité de shakra (ou un truc dans le genre), qui se recharge automatiquement à chaque coup porté. Evidemment, le nombre de cases est limité (20), et la forme des vignettes diffère suivant les personnages. Il s’agira donc de concocter le deck le plus équilibré et rempli possible, sachant que certains personnages interagissent entre eux, en général ceux issus d’une même série. Un Roronoa Zoro en soutien de Luffy sera par exemple plus efficace qu’un Naruto, ce qui sera signalé par un petit bip joyeux lorsque vous placerez les vignettes côte à côte.

Le deck est donc un élément décisif pour la victoire, mais il joue aussi énormément sur la durée de vie et sur l’aspect collection cher à nos amis nippons. Car les vignettes ne vous tomberont pas toutes faites dans les mains, puisque la plupart d’entre elles devront être combinées pour obtenir un personnage plus puissant. Concrètement, au bout de quelques combats, on se retrouvera par exemple avec une vignette en noir et blanc de 4 cases dont une vide. Cette case vide devra être remplie avec une vignette personnage, en tâtonnant et en essayant diverses combinaisons, pour enfin activer la vignette et pouvoir l’utiliser en combat. Ca paraît assez laborieux au départ, mais la joie d’obtenir un beau Sangoku version Super Sayen au bout de 10 minutes d’essais pousse à continuer, d’autant que la gestion du deck est suffisamment ergonomique pour qu’on y passe presque autant de temps que dans les combats. Pour ceux qui craignent le japonais, sachez qu’on comprend très rapidement comment le tout fonctionne, et au pire, de nombreuses FAQ et walkthrough sont déjà disponibles sur le net, ce qui sera surtout utile pour comprendre les objectifs de chaque mission. Sachez aussi que plusieurs decks tout faits sont ajoutés au fur et à mesure de votre progression, et on se retrouve au final avec une grosse quinzaine de decks prêts à l’emploi, ce qui devrait arranger les plus flemmards d'entre vous.
Cette gestion des personnages constitue donc une plus-value non négligeable à la durée de vie du jeu, qui vous poussera à terminer tous les objectifs de chaque mission. Vous pourrez ensuite réutiliser tout ça en solo ou contre des potes, avec une seule cartouche. L’idéal sera quand même que chacun ait le jeu, pour pouvoir échanger des cartes avec vos amis

Au final, Jump Super Stars est donc un excellent jeu, qui a su pour une fois exploiter ses nombreuses licences de manière judicieuse, sans prendre le joueur pour une vache à lait. Le système de combat semble un peu bourrin au début, mais se révèle vite plus technique qu’il n’y paraît. La gestion du deck est sans doute l’élément le plus intéressant, permettant de progresser dans le jeu tout en s’amusant à bidouiller ses héros préférés, pour ensuite mettre une trempe à Naruto avec Sangoku ^^. Car c’est là le principal intérêt du jeu. Si vous cherchez le jeu de baston ultime, passez votre chemin. Si vous ne lisez pas un minimum de mangas, laissez tomber. Par contre, si vous voulez un jeu de baston un peu bourrin mais quand même bien ficelé, et des héros de mangas par dizaines, Jump Super Stars devrait sans problème vous séduire.