Metal Gear Ac!d 2

Kojima is crazy ?

Un Metal Gear dans le line-up PSP. Ca avait de quoi faire rêver ? Pourtant, certains ont très vite déchantés en apprenant que Metal Gear Ac !d (prononcez Acid) nous proposerait de déplacer Snake avec des cartes pour un jeu de « tactical action ». Pour défendre ce concept, Kojima avait affirmé sa pensée que le gameplay classique de la saga Metal Gear Solid ne serait pas pratique en format portable. En effet, imaginez vous cachez dans un fourré, prêt à bondir sur le garde qui approche innocemment quand un bébé se met à pleurer juste à côté, vous déconcentre, vous êtes repérés et l’armée qui foncent sur vous à tôt fait de vous décimer. C’est donc pour la santé du bambin que Metal Gear Ac !d diffère de ses aînés. Mais pourtant, les joueurs ne doivent pas aimer les bébés puisque cet opus eut un succès mitigé. Vient l’heure de la revanche avec Metal Gear Ac !d 2 et le bilan est sans appel : protégeons les enfants !

Snake aux mains du FBI

L’histoire de Metal Gear Ac !d 2 commence en nous montrant un Snake amnésique, à la recherche de son passé. Accompagné cependant de Consuela Alvarez, Dave Copeland et Roddy Louiz, il vient cependant de détruire une usine de stupéfiants dans la république de Séréna. Cependant, sitôt revenu, il est arrêté par Dalton, un agent du FBI, qui l’accuse de l’assassinat du secrétaire à la défense de Serena. Pour libérer ses amis emprisonnés, il doit récupérer des dossiers d’une importance capitale pour une enquête dans une usine. Pour sauver ses amis, Snake décide de coopérer. Dans sa quête qui le conduira à comprendre pourquoi il ne se souvient pas de son passé, il aura affaire à des sujets d’expérience aux pouvoirs puissants, mais aussi aux machinations et complots de ses supérieurs. Heureusement, si Snake se fera nombrer d’ennemis, il aura aussi des alliés de taille comme B.B., un jeune pirate informatique. Il lui faudra bien ça car, comme vous l’aurez deviné, y a un Metal Gear sous roche !
On a donc un scénario qui, comme dans tous les Metal Gear, est riche en rebondissements, même si le fait qu’il soit simplement illustré par des dialogues textes rend tout ça bien moins dynamique et cinématographiques. Ceux qui aimaient ce côté « tchi tchaaa » dans la saga seront déçus alors que les autres, allergiques à Metal Gear Solid 2 à cause de ce point, seront ravis.

Je me glisse dans le dos de l’ennemi et… PAF ! J’utilise une carte pour l’étrangler !

Venons en au gameplay de Metal Gear Ac !d, craint par beaucoup de joueurs qui n’ont alors pas osé s’y aventurer. Tout au départ, vous devez choisir un deck de 30 cartes. Il existe des cartes « armes », des cartes « supports », des cartes « pièges » mais aussi des cartes de déplacement. A notez qu’avec 95% des cartes, vous pourrez aussi vous déplacer mais de moins de cases. En haut à droite, vous avez le coût de chaque cartes. Plus le coût est élevé, plus la carte est puissante mais plus il faudra du temps avant de passer à votre tour suivant, laissant ainsi plus de champ libre à l’ennemi pour agir. Il faudra donc bien choisir ses cartes en conséquence car une surabondance de cartes fortes peut très bien vous amener à votre perte. Entre chaque tour, vous pouvez tirer 2 cartes aléatoirement. Certains critiqueront d’ailleurs la grande place faite au hasard qui empêche d’être véritablement tactique mais devoir improviser apporte son lot d’excitation et incite à créer de nouvelles combinaisons. Surtout que très tôt dans le jeu, vous serez rejoint par la belle Vénus qui prêtera mains fortes à Snake dans sa mission. Vous devrez alors compter sur les 2 personnages pour échapper au champ de vision de l’ennemi et préparer des combinaisons plus pointues. Un vrai bonheur !
On regrettera cependant certaines bizarreries quant aux probabilités de toucher un ennemi avec des armes. Il est rageant, lorsqu’on est juste derrière l’ennemi, de rater son tir alors que ce n’est rien de moins qu’avec un fusil sniper qu’on le tenait en joue. Frustrant…

Du cell-shading pour Snake

Parce que le cell-shading est à la mode, Kojima a dû vouloir s’y essayer puisque pour cette épisode, décors et personnages semblent tous sortir d’une BD. Le rendu est plutôt joli même si l’on dénote quelques ralentissements lors de grosses explosions et et des décors se ressemblant. En ce qui concerne le chara-design, Snake ne porte certainement pas la combinaison la plus classe qu’il n’ait jamais porté et, dans l’ensemble, les amis et ennemis sont beaucoup moins charismatiques qu’à l’accoutumée.
Les musiques quant à elle ne sont ni dérangeantes ni prenantes, en fait, on n’y prête pas vraiment attention. Rien de bien marquant… Dommage qu’il n’y ait toujours pas de doublage par contre.
Enfin, au niveau de la durée de vie, comptez 12 heures pour finir le jeu d'une traite, 3-4 heures de plus pour faire les quêtes annexes, et beaucoup plus si vous comptez collectionner toutes les cartes.

Collectionnez les toutes !

Alors que le premier Metal Gear Ac !d ne comptait « que » 300 cartes, son petit frère en compte pas moins de 500, toutes à l’effigie de la saga Metal Gear Solid + 1 rendant hommage à Zone of The Enders 2, dirigé lui aussi par Hideo « papa de Snake » Kojima. A chaque fin de mission, vous récoltez des points qui vous permettent d’acheter des paquets de cartes sur le thème d’un des épisodes de la série parmi Metal Gear Solid 1, 2 et 3 mais aussi les premiers Metal Gear de la NES avec le pack « Chronicle ». Vous pouvez aussi utiliser ses points pour améliorer vos cartes et en obtenir de nouvelles. Bref, un vrai petit plaisir pour les collectionneurs fans de la série. Certaines cartes débloquent même des cinématiques de Metal Gear Solid 3 avec les voix japonaises mais aussi illustrant de jolies nymphettes nippones habillées en militaire, tout ça visibionnable avec le Solid Eye, petit accessoire fourni avec le jeu et permettant d’obtenir un rendu 3D. Je préviens tout de même que le Solid Eye relève vraiment de l’anecdotique, n’apportant pas grand chose au jeu malheureusement. Maintenant, si vous aimez voir les jolies filles comme si elles étaient proches de vous…

En conclusion, ne soyez pas effrayés par les cartes. Metal Gear Ac !d 2 est différent d’un Metal Gear Solid mais reste tout de même un très bon jeu au gameplay accrocheur. Certains pourtant n’adhèreront vraiment pas mais n’hésitez tout de même pas à vous y essayer, vous pourriez être surpris. On regrettera tout de même l’absence de doublages et de cinématiques dignes de ce nom mais aussi la sous-utilité du Solid Eye. Encore heureux qu’il ne soit pas payant celui là…