Vous rêviez d'être chirurgien ?

Paru dans un premier temps au Japon et au U.S.A., Trauma Center aura fait languir les joueurs Européens pendant plusieurs mois. Ceux qui ont eu la chance de l’avoir en import auront fait avant les autres la connaissance du docteur Derek Stiles, jeune médecin qui n’a qu’une envie : monter les échelons de la chirurgie pour devenir le meilleur de sa catégorie. Autant dire qu’il y a du travail et une longue traversée du désert…

Maintenant que Trauma Center est disponible sur notre continent, tout à chacun peut s’essayer à la chirurgie moderne sans avoir effectué les huit à douze années que requiert le diplôme de médecin en chirurgie.

D’un concept vraiment original et différent de tout ce que l’on a pu voir jusqu’à présent, Trauma Center Under The Knife vous plonge dans un univers stressant et inconnu, mais d’un autre côté rassurant et auto-satisfaisant de pouvoir sauver « des vies ».

Malgré un accueil largement chaleureux, Trauma Center saura t-il vraiment tenir toutes ses promesses, et surtout, ne pas rebuter les plus néophytes d’entre-nous ?


Est-ce qu’un jeu de ce type peut mettre en exergue un bon scénario ?

Et bien croyez-le ou non, même si le but et d’effectuer opération sur opération (même des fois fantaisiste….), le scénario tient, comme on dit, « la route ». Dans la peau du docteur Derek Stiles, vous devrez faire vos preuves à l'hôpital Hope avant de tenter d'éradiquer une nouvelle forme de virus mortel en intégrant Caduceus, une organisation secrète spécialisée dans l'enrayement des maladies incurables. Les faits se déroulent en 2018 et une maladie terrible, voire plus agressive que le SIDA, a fait son apparition. Il s’agit d’un virus qui aurait été mis au point à des fins terroristes dans le but de constituer une arme bactériologique. Autant dire que nous espérons tous ce cela ne devienne pas réalité, nous en avons déjà assez avec nos maladies actuelles…
La trame du jeu se déroulera a peu près souvent de la même manière : Briefing avant l’opération, instructions en cours, puis débréfing avec votre classement. (Et là, croyez-moi, vous allez souvent pleurer en vous disant « je ne comprends pas, j’ai fait tout ce qu’il fallait faire et je me retrouve avec le rang « novice C » - FRUSTRANT…..)
Donc, la réponse est OUI, Trauma Center propose un scénario convaincant, bien étudié pour vous garder en haleine le plus longtemps possible et mettre vos nerfs à rude épreuve.

Que peut-on faire dans Trauma Center ?


En tant que médecin chirurgien, vous vous doutez bien que vous n’allez pas passer votre temps à remplir de la paperasse, mais à effectuer des opérations qui vont de la simple écharde, en passant par les opérations à cœur ouvert ainsi que de s’occuper des patients victimes de la TAC, ou toxine anti-immunocellulaire. C’est le fameux virus qui constitue une arme bactériologique redoutable.

Il serait évidemment trop long de faire la liste de toutes les maladies que vous pourrez traiter, mais elles sont assez nombreuses, 36 en tout, avec une difficulté croissante. Effectivement, si, au début, enlever une simple écharde d’un bras ressemble à une promenade de santé, il en sera totalement différent pour les opérations futures qui se compliqueront à vitesse grand V.

Dans Trauma Center, on opère donc, et souvent, on ravale sa fierté en recommençant plusieurs fois une opération que l’on aura ratée. Il n’y a aucune honte, car il faut avouer que la difficulté globale du soft est assez élevée.

Dans tous les cas, l’écran d’accueil vous présente le mode scénario, et le mode « opération » (anciennement « challenge ») qui vous permet de refaire les opérations que vous aurez effectuées en mode scénario. C’est toujours l’occasion de s’améliorer, et d’être à l’aise en la refaisant plusieurs fois de suite. Quand, enfin, vous aurez assimilé tous les trucs et astuces de la dite-opération, vous pourrez repasser en mode scénario pour vous attaquer à la prochaine, qui sera encore plus dure. Les développeurs d’Atlus ont cependant jugé utile que le joueur puisse faire quelques erreurs. Plus précisément, s’il en commet (Incision mal faite, drain raté, etc.), le soft prend en compte ces erreurs qui ne peuvent dépasser un certain nombre. Au delà de celui-ci, le patient meurt par signes vitaux trop faibles. Vous êtes également notés sur TOUTES les prestations que vous effectuerez sur le corps du patient. Cela va de « mauvais » à « excellent ». Par exemple, si vous appliquez un peu trop de gel désinfectant, vous aurez la mention « bon ». Si au contraire vous effectuez une magnifique incision, vous aurez la mention « excellent ». Autant dire qu’il faut s’appliquer et être concentré sur sa tâche.

Petit point fantaisiste ajouté par les développeurs, le docteur Stiles acquiert au fil des opérations « le don de guérir ». C’est un don que vous ne pourrez exercer qu’une seule fois par opération, et qui vous permet de geler le temps durant une période de trente secondes. Vous allez me dire que trente secondes ce n’est rien ; et bien si, dans Trauma Center, trente secondes c’est souvent la vie ou la mort. Chaque seconde compte. Pour pouvoir utiliser le don de guérir, vous devrez dessiner sur l’écran un pentacle et le temps passera au ralenti, de quoi assurer la fin de l’opération sans trop stresser. A moindre mesure, il existe aussi une injection de produit qui fera remonter légèrement les signes vitaux du patient. Il suffira de lui faire une piqûre avec un produit vert, et sa santé remontera un peu. (Mais ne vous attendez pas à un miracle…)

Vais-je en avoir pour mon argent avec ce soft ?

Et bien si vous ne l’avez pas compris, ce jeu mise entièrement sur une nouvelle façon de jouer, et vous immerge complètement dans l’action qu’il présente. En jouant, je peux vous assurer que votre rythme cardiaque va augmenter, que vous allez perdre tous vos moyens, et que seuls les plus concentrés réussiront les missions les plus délicates. En fait, quand on joue à Trauma Center, on ne peut vraiment penser à rien d’autre que l’opération qu’on effectue. Il faut être très précis, méthodique…..et auparavant avoir calibré sa machine….

Si vous pensez que ce jeu n’est pas fait pour vous, peut-être devriez-vous l’essayer avant de donner un avis négatif au premier abord. Trauma Center n’est pas un simple jeu. C’est aussi un concept original, entièrement basé sur l’utilisation du stylet, et cela lui réussit très bien. Et pour ceux qui auraient peur de l’hémoglobine, qu’ils soient rassurés. Dans Trauma Center, rien n’est dégoûtant, il n’y a pas de giclées de sang, le soft reste malgré tout assez sobre. Mais bon, un cœur et un cœur et une artère une artère. Donc forcément, il y aura quand même un peu de sang. Mais un médecin de votre renommée ne devrait pas s’arrêter à ça…

Quelle est l’impression générale de Trauma Center Under The Knife ?

Si l’on peut considérer que Trauma Center est un jeu, c’est le plus étonnant que l’on n’aie jamais vu sur cette console. Doté d’un fort potentiel d’immersion, il vous tiendra en haleine pendant des heures en vous proposant une expérience de jeu incroyable. Les 36 missions ont pour conséquence une durée de vie moyenne, mais pour arriver à la fin de votre carrière, c’est au minimum 10 heures (en étant TRES BON) que vous passerez sur votre machine.

Complet, innovant, attractif, stressant, voire traumatisant, tels sont les mots qui me viennent à la bouche pour parler de Trauma Center. Autant dire qu’il est d’ores et déjà la référence du jeu de médecine sur DS, qu’il n’a pas d’équivalent sur le marché, et qu’il serait vraiment dommage de passer à côté.