YU-GI-OH! Reshef of Destruction

Les cartes sacrées resteront un jeu inoubliable pour tous ceux qui adulent les... mauvais jeux. Ce Reshef of Destruction redresse le tir et ne s'avère finalement pas mauvais.
Ce célèbre manga revient dans une nouvelle version De jeu sur Game Boy Advance. Cette version est la suite du déplorable YU-GI-OH ! Les cartes sacrées. Sera-t-il à la hauteur et répondra-t-il aux attentes des fans de la série?


Pour l’histoire:

L’histoire se passe après le duel final de bataille ville (YU-GI-OH ! Les cartes sacrées.) Yami Yugi et le puzzle du millénium ont disparu. Les soupçons portent sur Reshef, l’être des ténèbres vient de revenir à la vie.
Ishizu Ishtar prédit que le monde entrera dans les ténèbres si tous les objets du millénium tombent dans les mains du maléfique Reshef .

Les différentes règles d’utilisation des cartes

Ce jeu est basé sur les règles de base, les joueurs pourront retrouver les 20 types de monstres qu’ils connaissent. Les types peuvent-être affecter par le terrain. Ainsi, les monstres guerriers ont une hausse de points d’attaque et de défense quand le terrain est de type prairie. Tandis que les monstres aquatiques subiront une baisse de leurs points d’attaque et de défense. Cet effet est très important car il peut vous avantager, mais aussi vous défavoriser.
Une autre règle à savoir concerne les invocations, il existe onze types d’invocations différentes, certaines supérieures à d’autres, ce qui peut influencer le cours d’un combat, comme par exemple quand un monstre avec une invocation supérieure attaque un monstre d’invocation inférieure (ou qu’un monstre avec une invocation inférieure est attaqué par un monstre d’invocation supérieure). Le monstre d’invocation supérieur gagnera toujours, même si les points d’attaque et de défense du monstre d’invocation inférieur sont plus élevés. Un type eau perdra toujours face à un monstre de type feu, quelle que soit la force du monstre.
La règle des niveaux est très importante : chaque monstre possède un niveau allant de un à douze. Les niveaux sont établis selon la force globale du monstre, mais aussi son effet. A partir des niveaux cinq à six, vous devez sacrifier un monstre de niveau inférieur, du niveau sept à huit vous devez sacrifier deux monstres, et du niveau neuf jusqu’au niveau douze, vous devez sacrifier trois monstres.
Trois autres sortes de cartes existent aussi : les carte magie, piège et rituel. Les cartes magiques se divisent en trois groupes les carte magique normale, les cartes de terrain et les cartes magiques de puissance plus. Les cartes pièges sont des cartes dont l’effet est parfois néfaste pour leur utilisateur, mais peuvent aussi avantager leur possesseur. Les cartes rituelles sont les moins importantes.

Un bon jeu ?
Les phases de combat sont restées aussi pauvres graphiquement que dans l’ancienne version, néanmoins la stratégie domine dans le jeu. Les duels sont plus difficiles à remporter, dans le premier opus de cette série de RPG après chaque duel remporté le joueur gagnait entre 3 et 5 points de niveau deck. Pas cette fois-ci : il gagnera 1 ou 3 points, ce qui rend le jeu plus difficile et pour les courageux qui en viendront à bout un nouveau lieu sera débloqué, le Hall de l’Eternité.
L’histoire étant plus longue, il faut compter une soixantaine d’heure de jeu pour obtenir les cartes, comparé aux dix heures du précédent opus. Du côté de la bande-son, le jeu nous procure des bonnes sensations, les musiques sont moins répétitives que dans le précédant épisode.

Un bon jeu dont la durée de vie, l’histoire et la bande qui parvient à effacer la déception du YU-GI-OH ! Les cartes sacrées. Cette suite plaira aux fans de la série. Un jeu à recommander.