Champions of Norrath

Edité par nôtre cher Ubi, ce titre est une référence du hack and Slash rivalisant avec son grand frère Baldur’s Gate Dark Alliance. Alors lequel choisir ? Car malgré le nombre impressionnant de similitudes entre ces deux titres, un seul des deux mérite ça place dans vôtre ludothèque.


Bienvenue dans le monde d’Everquest.

Vous commencez l’aventure dans les contrées verdoyantes de Feydark. Là vous aurez l’occasion de choisir votre personnages parmi les cinq races disponibles : guerrier barbare classique, priviligiant la force pur et les combats rapprochés (celui-ci pouvant utiliser toutes les armes ), archer, privilégiant les combats à distances et ayant quelques notions de corps à corps, prêtre haut elfe privilégiant les sorts de soin et ne pouvant utiliser que des armes contendantes, les mages utilisant des sorts offensifs utiles pour assister un guerrier dans sa quête, et pour finir les elfes noirs, utilisant des sorts maléfique et pouvant faire ressusciter les morts ou invoquer des guerriers squelettes. Votre personnage choisi, vous pourrez ensuite le customiser à loisir ( coupe de cheveux, couleur de peau etc. …) les possibilités ne sont pas très vastes mais c’est tout de même un petit plus qui n’est pas présent dans son rival BG. Passons désormais à l’interface, classique et identique à son rival : Une jauge de vie rouge, de Mp bleu, et une verte qui symbolise l’expérience acquise lors des nombreux combats que vous aurez à accomplire.

Le scénario ne casse pas trois pattes à un canard et n’est qu’un prétexte à la succession des multiples niveaux. Les combats, parlons en, nous pouvons dire ce que l’on veut mais ceux-ci sont, en solo, très répétitifs. C’est du hack and Slash me direz vous, et vous avez raison car en s'attaquant à ce genre de jeu il ne faut pas être allergique à la répétition. Cependant le bestiaire ainsi que les lieux parcourus sont variés (squelette, Orc , Gobelins, araignée, divers monstres …). De plus, la création des donjons, étant aléatoire, permet de refaire le jeu sans une impression de déjà vu. Au cours du jeu, vous aurez évidemment l’occasion de vous confronter à de nombreux boss divers et variés, allant de l’araignée géante, à la fourmis géante, à divers démons, orcs, gobelins etc … Tout l’univers présents dans Everquest.
Un point fort de ce titre, c’est sa très grande finition. Les développeurs ont fait là un très bon boulot ! Chaque armure, arme, accessoire sont visibles sur votre personnage. Et celles-ci sont nombreuses ! Plus de 150 ! On apprécie ce souci du détail.

Au niveau de la réalisation, pas grand chose à reprocher à ce titre qui est loin d’être bâclé. Les graphismes sont soignés et propres, aucun ralentissements n’est à signaler. C’est impec’ ! Les musiques, bien que très belles, ne sont pas assez présentes. Nous pourrions peut être reprocher le placement des cameras très éloignées et très haute façon Metal Gear Solid.


Mais le jeu prend toute sa dimension dans le mode multi, à quatre en local ou online.( je ne l’ai pas essayer mais d’après les quelques avis que j’ai pu entendre celui-ci fonctionne relativement bien.) Nous parcourons ainsi, avec la présence de son coéquipier, les mêmes contrées que dans le mode solo mais avec beaucoup plus de fun. Les boss rencontrés seuls deviennent d’une facilité déconcertante à deux.(L’un se fait attaquer en se protégeant pendant que l’autre bourine) Cependant bien que ça soit de la coopération, on retrouve les même problème que dans la plupart des MMORPG. (Hé tu m’a piqué, mon monstre !)C’est la chasse à L’Xp !


Champions of Norrath est donc un très bon titre, qui mérite sa place dans votre ludothèque. Mais, car il y a un « mais » sa linéarité risque bien d’en refouler plus d’un. C’est du Hack and slash : c’est le genre qui veut ça …Selon moi, le titre, à défaut d’être ludique en permanence prend un tout autre intérêt en multi. Là, les combats deviennent bien plus techniques et funs.