Tetsuya Nomura

Hironobu Sakaguchi, Nobuo Uematsu ou encore Yoshitaka Amano… Ces 3 personnalités ont marqué l’histoire d’une des plus grandes saga vidéoludique : Final Fantasy. Et c’est en 1992 que Squaresoft décide d’embaucher dans l’équipe du jeu du sang neuf en la personne de Tetsuya Nomura. Quelques années plus tard, il est l’un des chara-designer les plus prisés, producteur de projets importants, et nouvel homme fort de Square Enix.

Les premiers pas

Né en 1972 à Osaka au Japon, Tetsuya Nomura étudie dans une école artistique de publicité. C’est pour Final Fantasy V qu’il rejoint l’équipe de Squaresoft. Il s’occupe alors de l’aspect graphique des combats. En 1994, pour Final Fantasy VI, on lui offre déjà un poste à plus haute responsabilité puisqu’il devient directeur graphique. Pendant 2 ans, il travaillera ensuite sur un nouveau projet mais qui malheureusement sera avorté. Cependant, il lui faudra très peu de temps pour rebondir.

La consécration

En 1997, Tetsuya Nomura se verra confier le poste très convoité de chara-designer pour Final Fantasy VII. Il prendra alors la place de Yoshitaka Amano qui aura tout de même sa place dans la conception des logos. En effet, son style plus manga convenait mieux au passage à la 3D de la série. Sous sa plume naît alors des personnages haut en couleur tels que Cloud Strife, Aeris Gainsborough ou Sephiroth. Son travail est apprécié puisqu’il s’occupe ensuite de 3 autres grands jeux : Brave Fencer Musashiden, Ergheiz et Parasite Eve. A la question « pourquoi avec votre style ne vous êtes pas lancés dans le manga ? », Nomura répond qu’il trouve le milieu bien trop cloisonné et qu’il préfère le support vidéoludique pour s’exprimer. Il prouve d’ailleurs qu’il ne fait pas que du manga en s’occupant encore une fois du chara-design dans Final Fantasy VIII, dans lequel il estime avoir tout donner, spécialement dans le personnage de Linoa où il avoue s’être inspiré d’une certaine personne… Sa petite amie ? Une ex amoureuse ? Sa mère ? Une simple inconnue croisée dans la rue ? Tetsuya Nomura n’a jamais dévoilé la réponse au grand public.

Partir pour mieux revenir

Nomura lâchera la série Final Fantasy le temps d’un épisode (le IX) qui signera le retour d’Amano au poste de chara-design, mais pas pour s’accorder des vacances loin de là ! Il s’occupera de dessiner de nouveau la sensuelle Aya Brea dans Parasite Eve 2, crée les personnages de la première production Squaresoft sur PS2 : The Bouncer et donne naissance à Tidus, Yuna, Auron, Seymour et les autres pour Final Fantasy X. Et juste après, un défi lui est proposé : rendre classe les héros de Disney pour un RPG mélangeant les univers de Mickey Mouse et de Final Fantasy. En donnant des vêtements à la mode à Donald et Dingo, il réussit presque à les rendre aussi classes que Cloud, l’un des personnages de Final Fantasy redessiné pour l’occasion. En 2005, il boulverse totalement son style dans Musashi : Samuraï Legend, la suite de Brave Fencer Musashiden, tout en s’occupant de la suite de Kingdom Hearts 2 où il occupe certes un poste de chara-designer mais aussi de producteur, un rôle qu’il reprendra d’ailleurs dans l’un des éléments du projet Fabula Nova Crystallis : Final Fantasy Versus XIII dont il avoue avoir la trame en tête depuis déjà quelques temps.
Et j’ai faillit oublier son travail important en tant que chara-designer, réalisateur et directeur des animations dans Final Fantasy VII : Advent Children, suite du jeu vidéo où il devait arriver à combler les fans d’un des jeux les plus marquant jamais crée… avec plus ou moins de succès, selon les goûts.

Qu’est-ce que le "style Nomura" ?

Si Nomura s’est distingué des autres chara-designers, ce n’est pas tellement pour une manière originale de dessiner, en effet, il est relativement facile de copier ses traits. Non, c’est tout simplement grâce à son imagination dans la conception des personnages. Tetsuya Nomura est passionné par la mode et c’est ainsi que ses créations sont souvent vêtues d’accessoires sans aucune autre fonction que celles d’être classes. Certains fustigeront d’ailleurs contre cet aspect de l’artiste d’habiller ces personnages comme dans un défilé de mode mais je vous l’avoue tout de suite, je n’en fais pas partie. D’autres critiqueront Nomura en disant qu’il ne se renouvelle pas, par exemple, Riku de Kingdom Hearts ressemble à un Sephiroth junior et Sora est lui aussi une version enfantine de Sion, le héros de The Bouncer.
Mais malgré toutes ces critiques, on ne peut pas nier que quand Tetsuya Nomura veut faire un personnage charismatique, il y arrive ! Dommage qu’il n’est toujours pas pris le temps de sortir un artbook…

J’espère vous avoir prouvé dans ce dossier que Tetsuya Nomura est bel et bien l’un des hommes fort de Square Enix. Son talent et son goût pour l’esthétisme conjugués ont permis la création de personnages mémorables tels que Cloud, Sephiroth, Squall, Linoa, Edea, Musashi, Aya Brea, Tidus, Yuna, Auron, Sora, Ansem... Travaillant déjà sur Fabula Nova Crystallis et Crisis Core – Final Fantasy VII, ce boulimique de travail ne nous cacherait-il pas un autre projet ?