Tony Hawk's Proving Ground

Tony Hawk's Project 8 avait à l’époque déçu, la faute à des innovations bien trop peu nombreuses ainsi qu’à un frame rate catastrophique. Avec l’arrivée du titre Skate, bien plus axé simulation, les gars de Neversoft Entertainement se devaient de trouver l’inspiration pour monter ce 9ème opus sur des rampes d’or notamment en agrémentant son soft d’un petit aspect RPG bien sympathique et inattendu.

Alors quoi de neuf dans le quartier ?

Comme Project 8, ce Proving Ground vous permettra de vous baladez librement dans trois villes différentes (Baltimore, Philadelphie, Washington), sans temps de chargement entre les zones telles que le skate park, le centre ville et bien d’autres. Il vous sera également possible de rentrer dans les bâtiments, comme par exemple le muséum qui propose des salles à thèmes assez sympas. Qu’est ce qu’on a de plus alors ? Des villes plus vastes, plus variées, plus vivantes, plus de tout donc, ainsi qu’une réalisation reprenant le moteur du jeu précédent, mais boosté à fond dont la teinte particulière risque de ne pas plaire à tout le monde. Mais le principal intérêt de ce Proving Ground ne réside pas dans ces particularités mais dans l’aspect RPG qui est apporté au titre.

Moi, je veux un mage !

Vous commencez le jeu avec un personnage des plus classique. Après avoir passé la phase de création (visage, vêtements, board, etc …), c’est maintenant que les choses sérieuses commencent, et comme l’affirme si bien le slogan du jeu, « Your choice, your story, your game ». Si ça, ce n’est pas bien résumé ! Concrètement, qu’est ce que ça veut dire ? Tout simplement que selon l’accomplissement de vos objectifs, vous gagnerez de nouvelles habilités et pourrez vous classer selon trois types de skateurs aux caractéristiques bien distincts : le rigger (essaye sans cesse d'innover), l’hardcore (le puriste) et le career (attiré par la célébrité). Sans cela, les missions s’accomplissent toujours de la même manière, en acceptant différents contrats proposés (session photo pour un magazine par exemple) par les gens que vous rencontrerez dans la rue, dont des figures emblématiques du skate. Les défis seront toujours présents avec trois modes de difficultés différents (amateur, pro et dément), de quoi vous occupez durant des dizaines d’heures puisque le nombre de défi à réaliser s’avère conséquent. Il faudra, par exemple, dans un temps imparti, réaliser devant la caméra une longue série de tricks, battre des records de grinds, participer aux tournois locaux, impressionner les passants, etc. Les nostalgiques retrouveront une fois de plus l’épreuve consistant à récupérer les lettres qui compose le mot « skate » dans un temps imparti, un challenge devenu mythique dans les Tony Hawk. L’option « nail the trick » est toujours là mais en plus poussée : En effet une fois retombé à terre, vous pourrez rester en équilibre sur deux roues et enchaîner sur une autre figure. Pour ceux qui l’ignorent, cela consiste à directement interagir avec les sticks droit et gauche sur les pieds du skateur, afin de réaliser des figures toutes plus casse gueules les unes que les autres (d’ailleurs n’ayez pas peur de vous péter les dents contre un trottoir car c’est quelque chose de courant). Il y a donc du contenu dans ce nouveau Tony Hawk ! De ce point de vue là tout roule, passons maintenant à la jouabilité, celle qui différencie ce titre de celui d’Electronic Arts, Skate.

Une planche à roulette : facile de grimper dessus ?

Au niveau de la jouabilité, c’est toujours du Tony Hawk, un jeu aucunement axé sur la simulation, mais qui permet au joueur de s’amuser rapidement grâce à une prise en main presque immédiate. Cela ne veut pas dire que le jeu perd en technicité. En effet, le nombre de tricks à réaliser est toujours aussi impressionnant con d’autant plus que laception des niveaux favorise l’enchaînement « sans fin » des figures. Petite nouveauté dans le gameplay en ce qui concerne la prise de vitesse : l’environnement influencera directement dans votre prise d’élan, j’entends par là que vous pourrez vous agripper à une voiture, un camion, vous propulsez avec vos bras lorsque vous êtes le long d’un mur etc… A noter, le bel effet graphique lorsque vous prenez de la vitesse (le champ de vision de l’écran diminue en se teintant en noir sur les bords). La possibilité de fracasser les passants et la police est à noter, même si les vols planés qu’effectuent les mecs qui se sont pris une châtaigne vous font passer pour l’incroyable Hulk… Fun ? Si on veut. Intéressant ? Aucunement…

Des options intéressantes

L’option de prendre des photos tout d’abord : vous placez l’objectif, une sphère dont vous pouvez faire varier le volume et hop vous commencez à faire vos figures et autres acrobaties et là, quand vous passez dans la sphère, la photo se déclenche, comme par miracle. Un procédé qui permet de rechercher l’angle parfait, beaucoup plus complexe qu’une simple pression sur un bouton en cours de jeu. Seconde option, celle de prendre vos propres films. Allez dans le menu adéquat, enregistrez votre séquence, et ensuite modelez là. Différentes options très complètes vous permettront d’appliquer des filtres, de raccourcir la vidéo, d’accélérer un passage etc… Une multitude de fonctions afin d’obtenir un résultat final le plus impressionnant qui soit. Et ensuite qu’est ce que vous pouvez faire ? Et bien le faire partager via le X-Box Live et le Playstation Network, et c’est maintenant qu’on aborde un point important des nouveautés.

My Space, Youtube, Second Life… Idem pour Tony !

Tout le monde connaît le principe de Second Life, du Playstation Home très bientôt où encore youtube, ces sites/jeux permettant d’afficher son style, ses vidéos, de ce créer un espace virtuel représentant votre chambre, maison et bien d’autres choses fabuleuses encore. Ici c’est le même principe. Vous avez un espace, vous choisissez le thème (boite de nuit, dojo, hangar…) et vous pouvez ensuite faire ce que vous voulez. Projeter vos vidéos aux murs, créer votre parcours de skate, acheter divers objets, faire écouter votre musique… Un espace assez complet qui pourra être accessible par les autres joueurs même lorsque votre console est éteinte. Pratique et plein d’ambition. Si le principe fonctionne, on peut imaginer la création de mises à jour avec pack d’objets et tout le toutime. Certains vous diront que cela n’a rien à faire dans un jeu de skate, d’autres trouveront ça ingénieux, chacun son point de vue là dessus.

Tony Hawk Proving Ground a su se démarquer de la concurrence en étant véritablement axé vers le communautaire ainsi que l’échange. L’aspect RPG est encore relativement flou pour qu’on puisse en tirer quoique ce soit pour le moment. Des idées il y en a, en tout cas suffisamment pour attirer les inconditionnels comme les amateurs du genre.