Une 2D en nord

Legend of Mana est resté jusqu’à aujourd’hui la référence graphique 2D sur console. Il aura fallu 8 ans pour qu’Atlus change la donne avec son conte interactif s'inspirant des merveilleuses légendes nordiques.

Hasgard Profile

De type Action RPG, Odin Sphere bénéficie d’une progression très particulière. Telle une souris dans sa roue, vous visitez des décors en rond (vous avez beau courir tout droit, vous revenez toujours au point de départ). Pour en sortir, il suffit de se débarrasser de tous les ennemis et débloquer de nouveaux décors jusqu’à accéder au boss de fin de tableau. Déroutant ? Et encore, vous ne connaissez pas le système d’expérience ! En effet, pour augmenter vos points de vie, vous devrez avaler de la nourriture achetée ou fabriquée par vos soins. Quant à la magie (appelée Psypher), elle est gérée individuellement et montera en niveau à condition d’absorber les phozons sur vos ennemis vaincus. Ces phozons permettent également de faire pousser des graines pour se nourrir. Alors entre manger et augmenter sa vie, ou l’utiliser pour améliorer sa magie, il faut choisir ! Gaffe, on peut vite se retrouver avec un grand magicien à la constitution trop faible ou l’inverse.

Emerveillement énervant

Sur le plan graphique, rien à reprocher, Odin Sphere est le plus beau titre en 2D à ce jour.
Bien que répétitifs, les décors ont été soignés à l’extrême, et ce n’est pas seulement un rendu propre et fouillé qui s’offre à nos mirettes, mais bien des tableaux incroyablement vivants. Sans oublier les étapes d’animation tout simplement grandioses de nos cinq héros (chaque héros se joue indépendamment, vous devrez donc achever une aventure à la fois pour tous les découvrir) où des ennemis en général, faut voir les dragons en mouvement pour le croire. Mais tout ce déluge d’effets grandioses est aussi la cause de nombreux ralentissements, en particulier face aux gigantesques boss, rendant le jeu limite injouable lors de tels affrontements. Malgré ça, tomber sous le charme d'Odin Sphere n'est pas chose difficile, mais il s'adressera tout de même à un public averti, puisque la difficulté de celui-ci est telle qu'il ne faudra pas craindre de rejoindre le Valhalla rapidement sous l'assaut malheureux des ralentissements. L'aventure est de plus relativement longue, malgré le peu de monde disponible, et les fana d'exp en tout genre en auront pour leur compte. On finira avec un déroulement scénaristique un peu spécial basé sur les destins croisés et étroitement liés de nos cinq guerriers.

Malgré un aspect répétitif et des ralentissements qui me dresserait le peu de cheveux restant sur le caillou, Odin Sphere a su me toucher, par sa beauté, sa poésie, sa musique, son système original, et ses cinq héros attachants et classieux. Excellent d’ailleurs la façon dont leurs histoires s’entrecroisent pour finalement aboutir à un scénario simple mais bien ficelé. Un jeu pas exempt de défauts mais qui montre que la 2D tout comme la PS2 peuvent encore surprendre !